Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

photo_plante_absinthe

Aérophagie

L'aérophagie désigne une trop grande ingestion d’air dans l’œsophage et l’estomac. Lorsque nous mangeons, buvons, nous ouvrons la bouche et dans ce même temps, une quantité d’air est avalée, cela est tout à fait normal. Lorsqu’on est à jeun et qu’on avale sa salive, la déglutition d’air donne naissance à une bulle qui va prendre place dans l’estomac où se forme une poche d’air (tout a fait normal aussi) qui est indispensable à la digestion. En effet, la poche d’air va faire pression sur les aliments et va déclencher les mouvements de brassage et aider l’estomac à évacuer. Si on prend la fâcheuse habitude de ne pas mastiquer ses aliments, nous serons porteurs de grosse poche et à la fin de la digestion, nous allons avoir des rejets d’air par des rots. Surveillez votre dentition car si elle est fragile, la quantité d’air absorbée en même temps que les aliments moins mastiqués, sera source d’aérophagie. En cas de ballonnement, il faut surveiller son alimentation, la consommation de boissons gazeuses, sucrées comme les sodas etc., les sucres rapides, les aliments trop gras, trop épicés, trop acides, trop riches, peuvent conduire à une fragilisation de l’estomac. Plus d’air qu’il n’en faut  et commencent à apparaître des petites douleurs (spasmes), des lenteurs de digestion , des ballonnements , des petites nausées, des vertiges, etc. Il peut y avoir aussi difficulté à évacuer l’air suite à une inflammation aiguë des muqueuses de l’estomac, ou autre, comme tout simplement une mauvaise position du corps lors du repas.

Image Artémisia Absinthium - Absinthe

Aromathérapie

photo_plante_fenouil

Voie orale :- 1 à 2 gouttes de niaouli (melaleuca quinquenervia) contre les douleurs et crampes d’estomac, sur ½ sucre roux au moment des crises. - 1 à 2 gouttes de basilic tropical (ocymum basilicum L. var.basilicum) anti-aérophagique, neuro-régulatrice : dans 1 cuillerée à café de miel avant les repas. - 1 goutte d’estragon (artemisia dracunculus L.) – antispasmodique (contre les spasmes) – anti-fermentaire (qui agit contre la fermentation) dans 1/2 cuillerée à café de miel avant les repas.





Phytothérapie

photo_plante_baies_de_genevrier

préparation: Fenouil(semences) 20 gr + cumin 30 gr + millepertuis 20 gr + petite centaurée 10 gr : réduire en poudre grossière, prendre 1 cuillerée à café du mélange par tasse d’eau, faire bouillir cinq minutes, laisser infuser cinq minutes : en boire une tasse matin et soir à jeun ou (si possible) prendre 1 cuillère à soupe de cette infusion toutes les heures de la journée, pendant 4à5 jours. Comme tout ce qui concerne l’ensemble du tube digestif, mâcher quelques baies de genévrier (5à6) pendant quelques jours (pas de contre indication connues) contribue en le tonifiant, à résoudre bien des problèmes.






Phytopsychothérapie

Faire de l’aérophagie c’est ravaler sa salive, ne pas pouvoir parler, être contraint à se taire. Lorsqu’ on ne peut répondre, les mots qu’il faudrait sortir sont ravalés avec le souffle qui aurait dû les accompagner ! On en fait de même avec la nourriture qu’il faut mastiquer, au nom des bonnes manières, la bouche fermée, avant même de bien savoir manger ! Tu prends le tout en bouche, la nourriture, l’air et tu dois faire passer le paquet dans une seule direction, vers l’intérieur ! , après mastication, si encore possible ! Et quand la chose est bien passée, il faut recommencer et ce, jusqu’à la fin du repas !

photo_millepertuis

Surtout ne t’avises pas à lâcher un moindre rot, toute ta bonne éducation ne suffira pas à réparer l’outrage! Malgré le plaisir éprouvé à partager son repas (c’est ancestral) : mieux vaut manger seul que mal accompagné !

Propriétés

Antiseptique, anti-inflammatoire , antiviral, anti-catarrhal pulmonaire, propriétés antalgique ( douleurs articulaires et surtout nerveuses), sciatalgies ou névralgies du trijumeau, dépression, mélancolie, bégaiement, peur du noir, anxiété, puissant antidépresseur tonique restaurateur nerveux idéal, surtout lors de la ménopause, le mille-pertuis est utilisé comme antiviral dans le traitement du sida.
Usage externe : l’huile de mille-pertuis calme les brûlures, les inflammations de la peau, des muscles ou du tissu conjonctif et les névralgies

Fabrication de teinture mère de millepertuis

La teinture mère a l’avantage de se garder plus de deux ans. Elle s’obtient par macération de la plante séchée ou fraîche de millepertuis(attention toute macération ne doit contenir qu’une seule variété de plante) :

Dans 100ml d’alcool à 90° vendue en pharmacie, (l’alcool agit comme conservateur), faire macérer au moins deux semaines avant utilisation : 25 grammes de plante séchée de millepertuis réduite en poudre ou 60 grammes de plante fraîche broyée de millepertuis, secouer vigoureusement tous les deux jours, filtrer en comprimant le mélange pour en extraire le maximum. Conserver à l’abri de la lumière.

Voir Mille pertuis

Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.