Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

Arthrose

Vidéo -La reine des prés pour soulager les douleurs de l'arthrose

Les déclencheurs de l'inactivité physique - traitement naturel - prêle des champs et reine des prés

Le texte intégral de la vidéo se situe tout en bas de cette page

photo_plante_raisin_ours

Arthrose

Arthrose : usure du cartilage, responsable de douleurs articulaires et d’une limitation des mouvements. Les arthroses sont des arthropathies chroniques dont les lésions anatomiques consistent en altérations destructives des cartilages ou des fibrocartilages articulaires, associées à des lésions prolifératives du tissu osseux sous-jacent. Il s’agit donc de lésions dégénératives souvent assimilées à une sénescence osseuse. On a pu dire que l’arthrose était aux os ce que les rides sont au visage.

Image Artostaphylos Uva_Ursi - Raisin-d'ours ou Busserole

Au niveau de l’os, on retrouve deux grands processus :
- une condensation de l’os qui accompagne les ulcérations profondes au cartilage - une réaction constructive aboutissant à la formation « d’ostéophytes » communément appelés « becs de perroquets » en particulier au niveau du rachis lombaire. A ces deux processus s’associe souvent une ostéoporose. Le cartilage sénescent est moins souple, moins humide que le cartilage jeune. Il est sec, cassant, jaunâtre. Ce vieillissement précoce peut tenir à une « mauvaise qualité » du cartilage articulaire ou à des conditions mécaniques défectueuses. D’une façon, générale, toutes les lésions du cartilage, quelles que soient leurs causes peuvent aboutir à l’arthrose. En dehors de la dégénérescence sénile, on peut incriminer : les traumatismes – les suites d’arthrites infectieuses ou microbiennes- la goutte -l’alcaptonurie- les infarctus osseux – d’autres étiologies suivant les localisations.

photo_bourse_a_pasteur

Les localisations les plus importantes de l’arthrose : arthrose de la hanche- arthrose du genou – arthrose des mains- Les symptômes de l'arthrose apparaissent généralement très progressivement autour des articulations. Une douleur est alors ressentie dans et autour de l'articulation. Une sensation de raideur ou une perte de mobilité de l'articulation et une enflure de l'articulation sont aussi des symptômes de l'arthrose. Avec le temps, l'arthrose affaiblit et détruit certaines parties de la structure de l'articulation. La colonne vertébrale, les hanches et les genoux sont particulièrement affectés par ce type de maladie rhumatismale

Image Capsella Bursa Pastoris - Bourse-à-Pasteur

Aromathérapie

photo_frêne_arbre

En massage préparation : 2 gouttes de sarriette des montagnes ( satureja montana)- antalgique(qui calme la douleur), anti-infectieuse puissante, + 4 gouttes eucalyptus citriodora (anti-inflammatoire puissant) mélangées dans 10 gouttes d’amande douce, en application locale 2 fois par jour + 2 gouttes de pin sylvestre (pinus sylvestris),cortisone mimétique, mélangées dans 10 gouttes d’huile d’amande douce, en massage sur le bas du dos 1 à 2 fois par jour pendant 20 jours.

Image Fraxinus Excelsior - Frêne Commun

Voie orale : 2 gouttes de géranium bourbon (pélargonium x aperum)hépato-stimulante, mélangée à une cuillerée à café de miel : 2 x par jour pendant 3 / 4 jours.

Attention : Sarriette de montagne, eucalyptus citriodora, pin sylvestre, géranium bourbon : déconseillés chez la femme enceinte et allaitante et chez les enfants de moins de 12 ans.

Phytothérapie

photo_plante_centauree

Acide urique en excès :

Bouleau (feuilles), dépuratif sanguin 25 grammes + frêne (feuilles), anti-infectieux 20 grammes + bourse à pasteur, stimulant circulatoire, 15 grammes + raisin d’ours (feuilles), stimulant circulatoire,  15 grammes + petite centaurée, décongestionnant du foie - digestive carminative (qui provoque les gaz intestinaux) 15 grammes : une cuillerée à café de ce mélange réduit en poudre, par tasse d’eau ; faire bouillir 7 minutes et laisser infuser 10 minutes 2 à 3 tasses par jour ; ne pas faire de cure de plus de 8 jours.

Image Erythrea Centaurium - Petite centaurée





Arthrose :

photo_prele

Reine des prés, (propriété semblable à l’aspirine) anti-inflammatoire (calme les douleurs rhumatismales), diurétique (contre l’obésité), 20 grammes + bouleau (feuilles), anti-rhumatismal remarquable, anti-cellulite 40 grammes + camomille, 20 grammes (anti-stress, nervosité, anti-inflammatoire) : une cuillerée à café de ce mélange réduit en poudre, par tasse d’eau bouillante ; laisser infuser 5 minutes ; boire une à trois tasses par jour.

Image Equisetum Arvense - Prêle

Voir propriétés de la prêle

Crise aigüe :

Bruyère (anti-rhumatismale), diurétique 40 grammes + thym, anti-viral 20 grammes + orties (feuilles), stimulant circulatoire, vitamine C, anti-rhumatismale : une cuillerée à café de ce mélange par tasse d’eau bouillante ; faire infuser 10 minutes ; boire une petite tasse toutes les deux heures le premier jour et réduire à trois petites tasses par jour pendant 3 jours

Bruyère (anti-rhumatismale), diurétique 40 grammes + thym, anti-viral 20 grammes + orties (feuilles), stimulant circulatoire, vitamine C, anti-rhumatismale : une cuillerée à café de ce mélange par tasse d’eau bouillante ; faire infuser 10 minutes ; boire une petite tasse toutes les deux heures le premier jour et réduire à trois petites tasses par jour pendant 3 jours .

Applications de feuilles de choux pour atténuer les douleurs (anti-inflammatoires). Lorsque les cartilages s’usent, perdent de leur souplesse, il faut les aider à compenser la perte de minéraux, une plante existe , la prêle qui aide amplement à la reconstitution de la minéralisation du système articulaire, permet de protéger aussi le capital osseux. La prêle stimule la synthèse du collagène contenu dans le tissu osseux, elle aide ainsi à la reconstitution du cartilage au cours des maladies articulaires (arthrose, rhumatismes), améliore la souplesse des tendons. Cures régulières, mais brèves de prêle pour pallier le déficit en silice de l’organisme. Hacher la prêle, (dans un hachoir ou un robot), prendre une cuillerée à café avant les repas midi et soir pendant 5 jours, une fois par mois pendant trois ou quatre mois, arrêtez quelques mois et ainsi de suite. Veillez à votre alimentation , pensez au persil ( vitamine C, A , principe œstrogène, fer,)

Phytopsychothérapie

Texte vidéo arthrose

Revenons sur les faits !

Il ne faut pas rêver, il n’est pas possible de soigner une arthrite ou autres en quelques jours car elles n’arrivent pas en quelques jours !

Toutes les articulations sont des merveilles de la mécanique naturelle ! Elles se construisent dès l’embryon jusqu’à l’âge adulte et s’auto-entretiennent jusqu’à la mort, ce qui fait que pour certaines personnes, elles peuvent dépasser plus d’une centaine d’années de fonctionnement et de sollicitations, seconde après seconde, jour après jour et même pendant le sommeil.

Quand on sait reconnaître les contraintes que bien souvent on leurs impose, on ne peut pas dire que c’est de la mécanique fragile !

Dans ces qualités , aucune prothèse ne saurait égaler leur durée de vie, c’est évident !

Par contre, l’inactivité physique leur est aussi néfaste que la surexploitation !

Pour conserver ses performances, une articulation doit, de temps à autres, être utilisée dans toute l’amplitude qui lui est propre.

Piétiner dans un espace restreint ne remplace pas la marche ! C’est comme le piston d’un moteur qui n’aurait toujours tourné qu’au ralenti, il « grippera » à la première accélération, l’inverse existe aussi, il chauffera et « grippera » aussi si le moteur tourne longtemps en surrégime.

C’est le cas des articulations mises à rude épreuve dans les mouvements répétitifs que l’on rencontre dans certains sports et dans certains métiers.

Le corps se construit suivant l’utilisation naturelle qui lui est génétiquement réservée.

Que l’on soit freluquet ou grand gaillard, nos articulations sont faites pour correspondre à ce qu’il faut à chacun pour se mouvoir et ainsi assurer sa survie, chercher sa nourriture, pouvoir fuir le danger, garantir sa défense, ect....!

Notre façon de vivre a tellement changé en pas un siècle, que nous devons, pour la plupart, compenser le manque d’activité physique variée, par des activités dites sportives.

Il n’est plus à prouver que la marche, la natation et la gymnastique en sont les meilleurs moyens.

Attention à certains sports qui sont générateurs de future arthrose

L’arthrose ne touche plus que les personnes âgées. La malbouffe, de surcroit en excès, ajoutée au manque d’effort pour que l’organisme puisse la consommer, provoque la surcharge pondérale et la présence d’acide urique dans le sang.

Tous ces facteurs conduisent à l’arthrose, l’arthrite, aux rhumatismes, etc… Bien des jeunes n’ont plus d’activité physique et deviennent obèses.

Pour qu’une articulation fonctionne bien, il faut déjà que ses cartilages puissent se régénérer correctement, que son lubrifiant soit de bonne qualité, et que les tendons qui la maintiennent aient un bon tonus et une élasticité bien calibrée. Ces conditions ne sont obtenues que par l’ingestion d’une nourriture saine et très variée. Quand ces conditions sont réunies, il ne lui manque plus qu’une activité adaptée à ses capacités pour qu’elle fasse preuve de longévité. Un membre immobilisé dépérit en peu de temps !

Si nous menions une vie adaptée à notre constitution naturelle, nous n’aurions même pas à nous en soucier comme d’ailleurs, de bien d’autres maladies qui deviennent les fléaux de notre siècle.

Tout semble avoir été dit sur les maladies des articulations, mais l’essentiel ne nous a-t-il pas échappé ?

Sachant que souvent l’immobilité provoque ces maladies devenues très fréquentes et que si on en comprend les causes et effets, on oublie malgré tout de chercher les déclencheurs de l’arrêt des activités physiques !

Déjà que les technologies ont réduit les activités physiques autant à la maison, au travail que dans les transports, qu’est-ce qui a déclenché l’arrêt des autres activités rencontrées ailleurs comme dans certains loisirs par exemple ? (promenade, danse, pétanque, shopping, natation, ski et autres) 

Le cœur n’y est-il plus ?

Jadis, si on cherchait à joindre l’utile à l’agréable, c’est bien parce qu’il y avait aussi un plaisir dans le travail !

Aujourd’hui, il est bien difficile de trouver de l’agréable dans le travail !

Vu l’ambiance et les résultats, on se demande même, s’il est vraiment utile de travailler !

Pire, on peut parfois se demander s’il est vraiment utile de vivre quand à cela s’ajoute le fait qu’actuellement, l’activité humaine détruit la planète  !

On a beau se refuser d’y penser, on n’échappe pas à la réalité que là où on pouvait se croire encore utile, on se sent inconsciemment devenus nuisibles pour les futures générations ! Il n’y a pas que ça, mais cela en fait partie !

Par nature, on éprouve un certain plaisir à être au moins utile ! Ce plaisir donne envie de maintenir sa santé pour le rester. D’ailleurs, se sentir inutile peut déclencher la maladie d’Alzheimer !

Revenons à la cessation des activités ! D’où vient la perte soudaine d’avoir envie de bouger alors qu’avant on était actif ?

Quand l’esprit est en désaccord avec les activités qui nous sont imposées, pour ne serait-ce que survivre, il devient difficile alors de s’imposer d’autres mouvements afin de maintenir le corps en bonnes conditions pour continuer à exercer ces fichues activités !

Est-il possible dans ce cas d’y trouver un quelconque bénéfice ?

A quoi bon faire du sport ? D’autant plus quand, dans l’entourage, on constate que le sport n’est pas forcément synonyme de plaisir !

Pire aussi, sachant qu’une maladie diagnostiquée peut donner droit à un arrêt de travail, on peut être tenté de la garder !

A long terme, cela peut devenir dangereux quand sa progression devient irréversible !

Attention, quand on en est là, on est déjà dans les prémisses d’une déprime car il n’y a plus trace d’harmonie entre le corps et l’esprit  !

On en vient à se laisser à ne prendre que les plaisirs immédiats, les plaisirs les plus simples comme se scotcher sur un fauteuil devant la télévision, à se gaver d’images et d’amuse-gueule, à ne se contenter que d’être spectateur du plaisir que l’on croît déceler chez ceux qui participent aux émissions jusqu’à finir par penser qu’on fait partie de la famille !

C’est les conséquences de la misère dans les qualités des relations humaines d’aujourd’hui.

A chacun de se poser la question à savoir ce qui a déclenché la cessation des activités qui enclenche le processus de l’arthrose et des autres maladies qu’elle masque et qui en font partie.

Les maladies articulaires sont, le plus souvent, le résultat d’un ensemble de disfonctionnement liés à un mal de vivre ce qui est contre nature.

Chassez le naturel, il revient au galop mais, dans ce cas, par une autre porte, celle de la maladie qui immanquablement, obligera au changement de comportement.

Mieux vaut en prendre conscience et réagir avant qu’il ne soit trop tard.

Attention à tout ce qui déstabilise nos désirs, les plus honnêtes soient-il, à tout ce qui anéanti nos meilleurs projets, nos espoirs, attention à ne pas se retrouver clouer sur place.

Deuil, divorce, licenciement, accidents, solitude, échecs répétitifs et autres, font partie des risques de la vie qui peuvent déclencher l’envie de ne plus rien faire de plus, que ce qui est obligé.

Changer de contexte, changer de vie seraient certainement les meilleur moyens pour sortir du manque de motivations nécessaires à la guérison.

Prêcher ça, serait se moquer de tous ceux qui ne peuvent même pas l’imaginer, soit par manque de moyens financiers, soit pour ne pas perdre leur honneur à malgré tout vivre là où ils se sentent en devoir de rester.

Cela pourrait d’ailleurs devenir les premières raisons de réagir.

Tout ce que nous pouvons affirmer par expérience, c’est que pour échapper aux inconvénients produits par des situations contre nature, rien ne vaut plus, qu’une rencontre avec la vraie nature, que ce soit dans un parc ou à la campagne.

La nature se donne sans compter ! Par ailleurs, elle contient, pour qui la connaît, tous les éléments utiles pour soigner la plupart des maladies dont celles des articulations.

Notre proverbe :

« Si la nature est à l'origine de l’existence humaine, elle sait aussi vivre sans elle, l'inverse reste impossible. » Lucette & Eric

Il ne faut pas oublier qu’utiliser des produits tels que les anti-douleurs, anti-inflammatoires et autres, pour ne soigner que les symptômes de la maladie sans en rechercher les causes et y remédier, ne fait que déplacer le lieu de son expression (via intestin, estomac, foie, etc., voir même sur le psychique quand il y a dépendance au traitement). Nous viendrait-il à l’idée de soigner sans arrêt une blessure au pied sans regarder s’il n’ y a pas un cailloux dans la chaussure qui pourrait la provoquer ?

Retrouver l’envie, avoir confiance en l’avenir, refaire des projets, représentent 80 % de la guérison des maladies des articulations et autres!

Nous vous remercions et à bientôt pour une prochaine vidéo.

Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.