Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

Aubépine

Crataegus oxyacantha

photo_aubepine

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur : Jean-François Gaffard

Histoire:
Le nom aubépine est issu du grec kratos, qui signifie dur, et de axus, qui signifie pointu, combiné à akantha, qui signifie épine. Rappelons l’utilisation millénaire de l’aubépine comme haie de séparation des pâturages.

L’arbuste en haies vives est supérieur au fil de fer tant son action sur le sol cultivé est salutaire. Elles protègent contre l’érosion éolienne et pluviale, contre les grands vents, et elles réduisent l’évaporation du sol par temps de sécheresse. Elles abritent de nombreux oiseaux insectivores, n’oublions pas que ce sont des destructeurs de parasites. Par son feuillage et ses branches denses, ses épines acérées, les haies d’Aubépine sont des haies défensives très efficaces, par leur beauté naturelle, elles contribuent à conserver l’équilibre esthétique des paysages.



Croyances populaires

Nos ancêtres préhistoriques lui avaient attribué la propriété de «  protection » . Ceux – ci avaient pu observé deux phénomènes naturels :
La foudre ne s’abat pas sur un buisson d’Aubépine
De nombreux oiseaux y font leurs nids (les épines de l’arbuste les protègent des prédateurs).

En Grèce Antique, l’Aubépine était consacrée à la divinité de l’amour et du mariage (Hymen)

photo_aubepine

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia :Auteur : Bruger : Sten Porse

Les mariées en portaient une branche à leurs noces, symbole de la virginité.

Aux cérémonies de mariage des romains, le mari agitait un rameau en conduisant sa femme au lit nuptial et celle-ci parsemait des branches dans la chambre pour assurer leur fertilité.

Ensuite, elles perpétraient la coutume d’en attacher quelques unes autour du berceau de leurs nouveau-nés pour les protéger des mauvais esprits, des mauvais sorts et des maladies.

Lors des célébrations druidiques, des couronnes d’aubépine étaient dressées pour que les fées et les anges puissent s’en coiffer lorsque ceux-ci venaient danser la nuit autour des maisons.

Lors des croisades, les chevaliers offraient à leurs mies (moitié) un bouquet d’Aubépine qui signifiait qu’ils leurs resteraient fidèles durant leurs absences.

Joseph Arimathie , le chrétien qui a procuré le tombeau du christ sur autorisation de Pilate, y aurait déposé aussi la couronne d’aubépine qui fût emportée plus tard en Angleterre et il est dit que les graines s’y répandirent. La légende dit aussi que la couronne d’épines du Christ était faite de branches d’aubépine ; ainsi celle-ci représente le symbole du sacrifice.

On lui a attribué l’emblème de la pureté de la Vierge Marie grâce à la blancheur de ses pétales et par ses épines, la couronne du christ dont les gouttes de sang teinteraient les étamines de ses fleurs. De ce fait, le rouge-gorge est aussi très respecté dans certaines régions car il tiendrait sa couleur au fait que c’est en cassant avec son bec une épine de la couronne de Jésus qu’un peu de sang aurait taché sa poitrine.

C’est le 1er mai en général que fleurissent les fleurs d’Aubépine, aussi on appelait autrefois l’Aubépine un « mai ».

Les chrétiens décidèrent de consacrer le mois de Mai à Marie, choqués certainement de la tradition des jeunes gens de l’époque qui consistait à accrocher un bouquet de « mai » au bout d’une perche fixée en terre et décoré de rubans. Celui-ci était ensuite placé devant la demeure d’une jeune fille et les garçons regardaient flotter les rubans au vent qui leur désignait la direction du futur époux. Certes, à n’en pas douter, cette coutume primait sur la symbolique chrétienne portée à la plante.

Notons aussi que l’Aubépine est relatée dans l’écriture sainte bien avant la Passion car le célèbre « buisson ardent » près duquel Moise voit pour la première fois Dieu sur le mont Horeb n’en serait qu’une autre variété, le Crataegus pyracantha ou buisson ardent .

La croyance dit aussi que la foudre est l’œuvre du diable et qu’elle ne s’abat pas sur l’arbuste ainsi que sur les maisons entourées de ses haies car elle ne peut frapper une plante qui a touché le front du fils de Dieu.

Les mères amenaient leurs enfants malades au pied d’une aubépine et priaient Jésus de leur apporter la guérison.

L’histoire officielle relate que les propriétés bénéfiques de l’aubépine sur l’appareil cardio-vasculaire n’ont été découvertes par les médecins qu’en 1907 .Pourtant, Leclerc mentionne un écrit de « guérisseur anonyme » datant de 1695 qui indique avoir utilisé l’aubépine pour traiter l’hypertension et les palpitations. Dioscoride , le médecin grec (an 40) mit en évidence ses vertus thérapeutiques. Mais c’est depuis 1956, que les biochimistes et les chercheurs allemands, russes et français découvrent les composants de la plante comme les flavonoïdes, l’hyper oside etc.…et attestent l’authenticité de l’efficacité de l’aubépine dans le traitement des affections cardiaques.

Description:

Il existe à peu près 1000 espèces d’Aubépine dans le monde. La plupart de celles que l’on peut observer dans nos régions sont à l’état sauvage et datent probablement des anciennes limites des pâturages aujourd’hui abandonnés ou arrachées suite aux remembrements. Les aubépines prennent 20 à 30 cm par an pendant les six à huit premières années, ensuite elles ont une croissance très lente.

L’Arbre en général est de petite taille, de 2 à 12 mètres et peut vivre plus de 200ans. Dans certains écrits anciens, on retrouve la trace de vieilles aubépines notamment l’Aubépine de Bouquetot, dans l’Eure, décrite par H.Gadeau de Kerville qui mesurait 2,21 mètres de circonférence et qui aurait plus de 500 ans.

photo_aubepine

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Domaine Public Auteur : Otto Wilhelm

Lorsque l’Aubépine est plantée en haies, celle-ci n’atteint pas un âge avancé.

Les aubépines utilisées à des fins médicinales sont l’Aubépine à un style (Crataegus monogyna odeur agréable) et l’Aubépine épineuse (Crataegus laevigata, odeur d’amande amère), très fréquentes dans nos régions et de propriétés presque identiques (Crataegus laevigata serait considérée à peine moins efficace).

Nota :différentes espèces s’hybrident aisément entre elles.

Les fleurs sont formées de cinq pétales blancs à fort parfum qui rappelle l’odeur de l’amande amère. Jadis, les boulangers utilisaient les branches sèches de l’arbre et même paraît-il celles fraîchement coupées pour leur rapidité à chauffer le four à pain. Son bois dur et de teinte rougeâtre sert à la fabrication de manches d’outils tournés. On taillait autrefois dans son bois les billots des supplices.

Les fruits ou baies de l’Aubépine mûrissent en septembre, ils ont la forme d’un petit tonnelet de couleur rouge, d’où son appellation de cenelles ou senelles (en vieux français). Les archéologues ont découvert des graines de l’aubépine en grande quantité dans les cités lacustres. Le fruit est aussi appelé Mehlbeere (baie à farine) en allemand. La cenelle a été tamisée grossièrement pour utiliser la farine obtenue pour la fabrication d’un pain de disette.

Les cenelles ou fruits de l’aubépine sont dénommés « poires du Seigneur », « poire à Bon Dieu », « poires d’oiseaux ». Les oiseaux en sont de grands consommateurs et sont les principaux intermédiaires à la dissémination de l’Aubépine.

Propriétés :

Sommités fleuries de l’Aubépine :

Elles sont reconnues pour leur remarquable pouvoir dans les affections cardiaques et nerveuses. Elles soignent l’anxiété, l’insuffisance cardiaque, et les crises d’hyperthyroïdie. Elles remédient aux faiblesses du cœur, aux maladies des vaisseaux.

Elles atténuent et font parfois disparaître totalement l’arythmie et la tachycardie, contribuent efficacement à diminuer les palpitations, les sensations d’anxiété, les difficultés respiratoires, les états nerveux. Lorsqu’il y a aussi une faiblesse excessive, on observe un retour de la pression sanguine au niveau de la normale surtout chez les hypertendus comme chez les hypotendus. Dans les cas d’angine de poitrine, une infusion 2 à 3 fois par jour d’une cuillère à soupe par bol d’eau bouillante de fleurs d’aubépine pendant 3 semaines, apporte des effets salutaires.

photo_aubepine

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur :Attaleiv

Les fleurs d’Aubépine ont aussi la propriété de faciliter l’endormissement, de combattre les vertiges, les tremblements, les bourdonnements d’oreille, les sensations d’angoisse, les problèmes de circulation en général et de lutter contre le stress.

Elle est vasodilatatrice et agit particulièrement sur l’artère coronaire, on observera une augmentation de l’apport sanguin au muscle cardiaque accompagnée d’oxygénation. De plus, elle contribue à enrayer l’inflammation des vaisseaux sanguins, à éliminer l’accumulation et les dépôts de cholestérol. Rappelons aussi l’effet diurétique de la plante qui s’étend sur le système circulatoire et élimine la rétention d’eau, ce qui a pour résultat d’abaisser l’hypertension

Les feuilles :

Le Docteur Leclerc, célèbre phytothérapeute la conseillait également contre les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, les bosses aux seins, la rétention d’eau et l’irritabilité dues à la ménopause. Les sommités fleuries diminuent les crampes menstruelles, équilibrent le taux hormonal, fortifient les os.

Nota:

C’est l’ensemble des composants de l’Aubépine qui agit sur le système cardio-vasculaire et non pas un principe isolé. Ses effets ne sont pas immédiats, il faut en moyenne un traitement de 2 à 3 mois pour en ressentir les bienfaits mais la plante accomplit un changement durable, sans accoutumance, ni effets secondaires.

L’aubépine est recommandée pour son action sur le système nerveux central. En réduisant la nervosité et l’anxiété des adultes et enfants, en soignant les troubles du sommeil et les troubles du rythme cardiaque chez les personnes souffrant de spasmophilie, l’Aubépine remplace avantageusement les médicaments classiques sans les effets d’accoutumance observés par les patients tels que somnolence , perte de mémoire.

Recommandations :

Prévoir des intervalles réguliers de repos dans les cures prolongées, ceci est valable pour tout traitement par phytothérapie.

Bien entendu, en cas de sérieux problèmes cardiaques ou circulatoires, il faut avant tout consulter son médecin.

Les fruits de l’aubépine servaient de nourriture aux hommes préhistoriques. Ils contiennent du carotène, des vitamines B et C, du potassium, du phosphore, du calcium et de la pectine (matière gélifiante). On peut en faire de la marmelade ou de la gelée. Ses fruits sont aussi utiles contre la diarrhée, les digestions difficiles, les maux de gorge.

photo_aubepine

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur : Sannse

Image wikipédia

Récolte et séchage :
C’est au début de la saison qu’il faut récolter les feuilles et les fleurs :
Cueillir les sommités fleuries (avec feuilles) après 10 heures du matin, les étaler sur les claies et sécher le plus rapidement possible, dans un lieu aéré, à l’abri du soleil. L’aubépine se comporte bien au séchage et garde très longtemps ses propriétés si on à respecté les conditions de stockage (sachets krafts, boites en fer blanc, bocaux, etc, dans un endroit sec et sans lumière).
Les fruits seront récoltés dès qu’ils seront mûrs vers mi- aout suivant l’endroit. Ne tardez pas à les cueillir car les oiseaux en font leurs derniers festins avant l’hiver. Il n’est pas déconseillé d’en manger fraîches pendant la cueillette, que l’on peut sécher ou en faire des confitures. (Personnellement, j’en fais toujours une petite cure au cours des randonnées automnales)

Utilisations :

Infusions des sommités fleuries : (goût très agréable), compter une bonne pincée par tasse d’eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. Cure de 2 à 3 tasses par jour pendant 3 semaines, après un arrêt d’une à 2 semaines renouveler pendant quelques mois.

Conseils:

Pour les personnes souffrant d’artériosclérose et hypertendues : associer à l’aubépine quelques fleurs de tilleul (fluidifiant sanguin)

En cas d'insomnies rebelles :

Réduire en poudre et compter 1 bonne cuillère à café par tasse d’eau bouillante, qu’on laissera infuser pendant 5 minutes le mélange suivant : 20 grammes de fleurs de tilleul, 20 de fleurs d’aubépine, 20 de passiflore (plante entière). En consommer 2 tasses par jour dont l’une au couché. Bon remède pour éviter les somnifères.

Teinture d'aubépine:

Dans un flacon, mettre 1/5 de fleurs sèches, 4/5 d'alcool à 70°; laisser macérer 15 jours; filtrer. Prendre en calmant contre l’hypertention, 40 à 50 gouttes dans un peu de liquide (eau, tisane…) avant le coucher ou 20 gouttes avant chaque repas.



Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.