Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

photo_

Diarrhees

Image Sanicula Europaea - Sanicle d'Europe

Voir à Lamier Blanc

Les diarrhees estivales: On constate couramment chaque année des diarrhées au cours de la saison chaude. Un chaud et froid, l’absorption d’une boisson glacée après un effort, une sudation importante, sont volontiers accusés. La diète liquide, (un calmant des violentes coliques abdominales), une médication astringente, atténuent les symptômes, le malade est guéri en quelques jours, l’intestin a retrouvé son fonctionnement normal. Mais prudence, il est des diarrhées qui, bien que d’apparence banale, peuvent avoir une signification plus importante.

Voir à Guimauve

Attention:Certaines diarrhées peuvent entraîner une grave déshydratation

Certes, un intestin fragile (il est des sujets qui présentent fréquemment des désordres intestinaux), un foie intolérant, une hypersensibilité aux conditions thermiques de l’été, un organisme surmené sont aussi à prendre en considération. Il est des diarrhées aiguës secondaires à une toxi-infection : il s’agit en général d’une infection staphylococcique. À la différence des diarrhées estivales, l’état général est plus atteint. Si le staphylocoque est particulièrement virulent et le malade peu résistant (personne âgée, nourrisson) les risques sont plus importants.

photo_aigremoine

Image Erytrea Centaurium - Petite Centaurée

S’agit-il d’une diarrhée toxique ? Microbienne ?
Les aliments sont très souvent en cause, en été : les intoxications par des salmonelles à la suite de consommation de crustacés par exemple. Les microbes les plus variés ont été incriminés dans ces diarrhées aiguës : le streptocoque, le colibacille, (pourtant un hôte bien banal de l’intestin), l’entérocoque, le staphylocoque, etc.…. Quand on songe qu’à l’état normal, les microbes intestinaux sont en nombre considérable (certains calculs les évaluent à 128 millions), il est nécessaire d’être réservé sur la cause microbienne de toute diarrhée estivale. On peut alors se demander si, par suite de circonstances défavorable du terrain , des microbes ordinaires, qui « passent » pour être utiles , ne deviennent pas virulents ou si des agents microbiens nouveaux ne viennent pas d’être introduits par l’alimentation et les boissons. Mais d’autres causes peuvent être aussi évoquées : les traitements antibiotiques, les thérapeutiques par tétracyclines par exemple, qui à dose prolongée entraînent des diarrhées. L’ingestion de champignons vénéneux (amanite, entolome livide, etc.) est cause de violentes débâcles diarrhéiques.
Contacter le centre anti-poison le plus proche, donner le maximum d’informations, il saura donner les directives nécessaires.
Traitement : repos au lit – régime (diète hydrique- eau de riz- eau bouillie).
La prise d’une cuillerée à soupe de pastis est un vieux remède efficace (pour adulte)
Attention : la diarrhée se présentant comme un émonctoire antitoxique, il est nécessaire de ne pas fermer immédiatement cette porte de sûreté. La diarrhée ne doit pas être sur- soignée : ne pas continuer un traitement au-delà de la guérison sous peine de se retrouver dans un état constipé. Il en est d’ailleurs de même pour les traitements contre la constipation.

Voir à Aigremoine

Aromathérapie

photo_murier

Image Morus Nigra - Ronces - Mûrier

Voir à Basilic

Voie orale : préparation :
5 gouttes de cannelle ( cinnamomum cassia), antifermentaire, antibactérienne, parasiticide + 10 gouttes de basilic (ocimumum basilicum), antibactérienne, antispasmodique puissant, tonique digestif et hépatobiliaire, antalgique + 5 gouttes de menthe poivrée (mentha piperita) : prendre 2 gouttes de ce mélange sur ½ sucre ou dans 1 cuillerée à café d’huile d’olive 4 x par jour.

Voir à Menthe

Attention : Cannelle : déconseillé chez la femme enceinte et aux enfants de moins de 6 ans (Pas d’usage prolongé sans avis médical). Basilic : déconseillé dans les 3 premiers mois de la grossesse. Menthe poivrée : déconseillé chez la femme enceinte et allaitante et aux enfantes de moins de 6 ans. Pas d’usage prolongé sans avis médical.

Phytothérapie

photo_guimauve

Image Althaea Officinalis - Guimauve Officinale

(Si possible en complément de l’eau de riz ou de carottes cuites accompagnés de yaourts), soit :
sureau (fleurs) 10 gr + sanicle (feuilles) 10 gr + myrtilles 10 gr + ronces (feuilles) 10 gr : une cuillère à café de ce mélange moulu par tasse d’eau en infusion, boire toutes les heures une cuillère à soupe ou aigremoine (fleurs) 10 gr + guimauve 20 gr (ou plantain) : utilisation comme ci-dessus.

Voir à Sureau



Voir à Plantain

Phytopsychothérapie

photo_myrtille

Image Vaccinium Myrrtillus - Myrtille - Airelle - Raisin Des Bois

Dans la nature, toute espèce se sentant menacée, tente à se multiplier pour assurer sa survie. Dans le cas de la diarrhée, c’est certainement ce qui se passe. Un microbe (virus ou bactérie) est un être vivant donc « intelligent » à part entière. Il existe une interdépendance entre ceux-ci et le corps qui les accueille. Dans la diarrhée, c’est l’harmonie de l’ensemble qui se trouve bousculée !
Le traitement par antibiotiques n’est pas sans conséquences. S’il n’est pas très bien dosé, la flore intestinale peut être en danger. L’équilibre est délicat, traiter la diarrhée ne doit pas apporter la constipation (voir chapitre constipation ) et vice versa. Il faut dans les deux cas, ne pas paniquer, prendre son temps aux toilettes, se malaxer le ventre pour en faire sortir le maximum d’excréments « dérangés » qui se trouvent dans le bas ventre pour arrêter la réaction en chaîne, apporter une nourriture stabilisante (carottes cuites, plantes appropriées…) c’est de loin le meilleur traitement.
Tout n’est qu’affaire d’équilibre dans les échanges. Il ne peut y avoir de véritable bénéfice s’il n’est pas réciproque bien que pas situés dans les mêmes valeurs. Si la constipation est dans la retenue, la diarrhée est dans le lâcher. A chacun de méditer !

Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.