Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

Millepertuis

Hyperricum perforatum

Vidéo réalisée à proximité de Baume-les-Dames- en Franche-Comté
Auteurs Lucette et Eric Demierre Maigret

photo_millepertuis

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur : Jean-Luc Miard follavoine.net

Millepertuis- Herbe Percée - Herbe à mille trous - Herbe aux piqûres – Chasse- diable - Herbe de la Saint-Jean

Histoire:

Depuis plus de 3000 ans (cité dans les manuscrits perses antiques), le millepertuis est utilisé en médecine. Au moyen âge, la plante a été célèbre. Les apothicaires s’en servaient comme chasse diable pour soigner les personnes dites « possédées par le malin ». On obligeait les « fous » à en boire des infusions pour chasser les mauvais esprits.

Croyances populaires

Le millepertuis est appelé herbe de la Saint-Jean : Une légende raconte que les chevaliers de St Jean de Jérusalem utilisaient le mille pertuis comme vulnéraire sur les champs de bataille des croisades, pour accélérer la guérison des plaies

Les grecs et les romains suspendaient le mille-pertuis dans leur maison pour éloigner les mauvais génies (sa fumée chassait les démons)

Pourquoi le millepertuis apporte de la protection : Parce qu’il est dit encore « qu’une goutte de sang du Christ serait caché dans le colorant rouge de ces fleurs jaunes d’or », un disciple aurait cueilli une plante au pied de la croix.

Jadis, les jeunes filles tressaient des couronnes de millepertuis et les jeunes hommes qui couraient autour du feu de la Saint-Jean devaient en porter une (symbole de la force, de la lumière et de la chaleur).

Des écrits d’Hippocrate et Paracelse (pères de la médecine) indiquent que le millepertuis est utilisé pour le traitement des brûlures et des morsures de serpents venimeux

Le millepertuis était ordonné contre les blessures des nerfs et des troubles nerveux.

Mais c’est au 19 siècle que le millepertuis est supplanté par d’autres remèdes chimiques, ceux dits de synthèse. Les recherches des chimistes durant ce siècle, s’orientèrent exclusivement à isoler le principe actif des drogues végétales, l’argument majeur invoqué fut de faire admettre que les nombreux constituants de la plante ne permettaient pas de maîtriser pleinement ses effets secondaires. A contrario, toujours suivant leurs affirmations, la molécule chimique permettait une action massive et ponctuelle, d’une utilisation beaucoup plus simple, aux effets plus facilement contrôlables. Soulignons que l’enjeu économique (productivité) de l’industrie pharmaceutique y contribua vivement. Le rôle de la médecine entra dans l’ère d’ « une généralisation des causes des maladies ».

photo_millepertuis

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur : H.Zell

Ce sont des chercheurs allemands qui furent les premiers à réhabiliter le millepertuis. Leurs travaux scientifiques attestèrent l’efficacité de la plante contre la dépression, l’insomnie, les troubles de l’humeur, les redoutables névralgies, les sciatiques.

Aujourd’hui, l’Allemagne est le pays précurseur du retour aux soins par les plantes. Le millepertuis est largement prescrit (plus de la moitié des six millions d’antidépresseurs), il est considéré comme « prozac naturel »

Les médicaments antidépresseurs sont prescrits trop systématiquement aux personnes qui souffrent de troubles du sommeil, d’insomnie, de nervosité, d’anxiété, d’angoisse.

L’utilisation des Prozac, Paxil, Zoloft … ont fait l’objet d’études à travers de nombreux pays, il a été formellement reconnu que leurs prescriptions augmenteraient les risques de suicide tandis que les effets secondaires avec l’emploi du millepertuis sont presque nuls

De plus, la dernière étude réalisée démontre que le millepertuis est plus efficace sur la durée que l’antidépresseur de référence et comporte moins de risques de rechute.

Grâce à ses différents composants, la plante stimule la production de mélatonine, une hormone qui favorise le sommeil.

Polémique en France

Le premier mars 2000, la réglementation Française de sécurité sanitaire informait les médecins du danger de l’usage du millepertuis, la plante diminuerait l’effet d’autres médicaments pris en même temps (comme par ex : les antirétroviraux, utilisés contre le VIH, et les contraceptifs oraux).

Les français qui détiennent le triste record des plus gros consommateurs de médicaments, de tranquillisants, d’anxiolytiques etc.… souffrent plus d’interactions médicamenteuses que leurs voisins allemands.

Cette plante peut être très efficace pour soigner les troubles de la ménopause chez la femme comme atténuer ou faire disparaître les symptômes comme les bouffées de chaleur, transpirations, palpitations, elle contribue également à diminuer la sécheresse vaginale, les périodes prémenstruelles serait beaucoup moins appréhendées par les femmes grâce à son emploi.

Des études sont en cours, le millepertuis agirait sur les troubles obsessionnels compulsifs. Il est à souligner que sa teneur en propriété antivirale le désigne dans le traitement du sida. D’ailleurs, il est prescrit en complément dans certains pays 

Propriétés :

photo_millepertuisperforé

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur :

Anti-inflammatoire – antidépresseur – antiviral – sédatif - tonique général – analgésique (diminue la sensibilité à la douleur) – astringent (qui resserre les pores cutanés)

Avant de changer de traitement :

Attention :

Ne pas interrompre son traitement chimique du jour au lendemain, diminuez progressivement (pour éviter le syndrome de sevrage).
Il est recommandé de ne pas absorber du millepertuis en même temps qu’un antidépresseur moderne, car le millepertuis interagit et contrecarre les antidépresseurs chimiques, donc mieux vaut attendre même après l’arrêt de votre antidépresseur un certain temps afin de permettre à votre organisme d’éliminer les résidus du traitement chimique (une cure d’infusions de fleur d’aubépine aide au sevrage).
Le millepertuis n’est pas recommandé aux personnes qui suivent un traitement de chimiothérapie, ou antirétroviral (soit l’un, soit l’autre), et aux personnes qui ont subi une greffe.

Mieux vaut consulter son médecin traitant car le millepertuis peut interférer aussi sur les traitements des maladies cardio-vasculaires, de l’asthme et du cholestérol. Les femmes enceintes et allaitantes ainsi que les enfants en bas âge consulteront leur médecin.

En usage interne:

Prudence, car un jour nous avons testé l’infusion de millepertuis. Contrairement à certains auteurs qui écrivent qu’il faut attendre quelques semaines pour ressentir ses effets, et bien croyez nous, l’effet fut instantané. Donc, pour adulte, 5 grammes de fleurs sèches par litre d’eau – laisser infuser 10 minutes – 1 tasse par jour. Ensuite augmentez progressivement la dose – ne dépassez pas 10 grammes par litre et trois tasses par jour et 15 jours par mois.

Les effets secondaires avec l’emploi du millepertuis sont presque nuls

En usage externe:

Ce sont les sommités fleuries que l’on utilise sous forme de macération dans une huile végétale

photo_millepertuis

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur : Jean Tosti jeantosti.com

Huile de Millepertuis:
Préparation :

Remplir au 3/4 un bocal à conserve transparent, de sommités fleuries, couvrir d’huile d’amande douce ou d’huile d’olive (bio, première pression à froid). Exposer ce bocal (correctement fermé) au moins un mois au soleil. Normalement l’huile va se colorer d’un rouge sang, preuve d’une bonne qualité. Ensuite, filtrer, conditionner en flacons de verre opaque de 100ml, stockée à l’abri de la lumière, cette huile ce conservera plus d’un an.

En application externe:

Sur les brûlures - les coups de soleil - les crevasses - les inflammations comme l’urticaire - les muscles endoloris - efficace contre les névralgies faciales et autres…

Précautions d'usage:

Pendant tout le temps de la cure, que ce soit en usage externe ou interne, ne pas s’exposer au soleil car le millepertuis est une plante photo sensibilisatrice.

La teinture de millepertuis est plus facile d’usage par voie orale seulement : contre l’anxiété, le stress, la tension nerveuse, prendre 3 à 5 gouttes dans ½ verre d’eau, le soir avant de se coucher.

Fabrication : La teinture mère a l’avantage de se garder plus de deux ans. Elle s’obtient par macération de la plante séchée ou fraîche (attention toute macération ne doit contenir qu’une seule variété de plante) :

Dans 100ml d’alcool à 90° vendue en pharmacie, (l’alcool agit comme conservateur), faire macérer au moins deux semaines avant utilisation : 25 grammes de plante séchée réduite en poudre ou 60 grammes de plante fraîche broyée, secouer vigoureusement tous les deux jours, filtrer en comprimant le mélange pour en extraire le maximum. Conserver à l’abri de la lumière.



Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.