Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

photo_globulaire

Pneumonie :

Commons licenceCC-BY-SA par auteur :Ghislain 118 www.fleurs-des-montagnes.net

Globularia Punctata - Globulaire Commune - Marguerite Bleue

La pneumonie se caractérise par une douleur thoracique intense et brutale « en coup de poignard », le malade est secoué par un grand frisson, le frisson « solennel » qui le force à s’aliter. La fièvre atteint 40° et s’écartera peu de ce chiffre élevé pendant les 8 à 10 jours qui suivront.
La toux, fréquente, pénible, qui ramène le point de côté se traduit par une expectoration épaisse, gommeuse, qui colle aux parois du crachoir. Les crachats sont d’abord « rouillés » puis deviennent au bout de quelques jours semblables à du jus de pruneau.

Voir à Prêle

Un examen médical s’impose (il révèle un gros foyer congestif dense qui correspond radiologiquement à un triangle sombre dont la pointe est tournée vers la racine du poumon et dont la base se confond avec l’aisselle. Vers le 9° jour, l’état général déjà précaire devient franchement inquiétant et tous les signes péjoratifs s’aggravent. C’est la crise du 9° jour qui, malgré son caractère alarmant, annonce au contraire presque toujours la guérison. La fièvre tombe rapidement dans les heures qui suivent, les urines jusque là foncées et rares, deviennent abondantes et claires et brusquement le patient se sent littéralement délivré de sa maladie. Anatomiquement, le foyer pneumatique correspond à l’inflammation d’une zone de tissu pulmonaire plus ou moins étendue et posée sur une bronche assez grosse. Cette inflammation se traduit par le remplissage des alvéoles, par une sérosité épaisse et rougeâtre. L’accumulation de ce liquide est telle qu’elle donne à la coupe du poumon l’aspect d’un bloc d’un brun rouge analogue à celui que revêtirait une coupe de foie.

La cause de la pneumonie :

C’est un microbe bien connu, le pneumocoque, qui est à l’origine de la maladie. Ce germe loge de façon banale sur le rhino-pharynx de l’homme en bonne santé .C’est à l’occasion d’un rhume et d’un organisme fatigué, privé de défenses naturelles, que le pneumocoque profite de l’occasion pour pénétrer dans la circulation sanguine.

Voir à Thym

Le pneumocoque traverse le plafond des fosses nasales très riche en capillaires, se fixe parfois sur le rein qui essaye de l’éliminer et provoque alors une néphrite (inflammation du rein) plus ou moins discrète avant de proliférer dans le poumon qui constitue son terrain d’élection :

photo_pulmonaire

Commons licenceCC-BY-SA par auteur :Ghislain 118 www.fleurs-des-montagnes.net

Pulmonaria Officinalis - Pulmonaire Officinale

Les congestions pulmonaires :

Les congestions sont des pneumonies dégradées, imputables elles aussi, au pneumocoque mais parfois à d’autres germes comme le streptocoque, elles sont moins bruyantes, moins cycliques et leurs allures moins franches, moins nettes. Mieux vaut une pneumonie franche, aiguë, qu’une congestion pulmonaire bâtarde dont la guérison peut se faire attendre longtemps ou ne pas avoir lieu de façon bien nette pour peu que le terrain soit déficient, du fait de l’âge, du mode de vie ou d’une affection antérieure.

Voir à Sauge

Bien souvent, la plèvre participe alors à l’inflammation du poumon sous-jacent, alors que la maladie prend une tournure de « pleuro -congestion » qui peut aller du simple frottement de la pleurite à l’épanchement liquidien plus ou moins important. Certaines congestions pulmonaires prennent des allures subaiguës, fréquentes d’ailleurs. La fièvre qu’elles provoquent est souvent peu élevée, très discrète. Les causes de ces pneumopathies « aiguës ou subaiguës » ne sont pas dues à des microbes mais à des virus tel que : virus de la grippe, virus de la fièvre Q, (maladies de la famille des typhus), virus de l’ornithose transmis par les oiseaux,( les pigeons en particulier).

Traitement médicamenteux pour les pneumonies et les congestions pulmonaires :

Antibiotiques et notamment la pénicilline dont il existe une forme qui imprègne le poumon, réduisent leur évolution et « cassent la courbe de température en quelques jours. Traitement des pneumopathies à virus : antibiotiques à doses massives –oxygénothérapie (administration d’oxygène) – diète pendant la phase aiguë.

Aromathérapie

photo_dryas

Commons licenceCC-BY-SA par auteur :Ghislain 118 www.fleurs-des-montagnes.net

Dryas Octopetala - Dryade -

Voir à Eucalyptus Globulus

En massage  :

2 gouttes d' eucalyptus globulus antibactérienne - antiseptique des voies respiratoires (staphylocoque – streptocoque - pneumocoque) antivirale- + 2 gouttes de niaouli (melaleuca quinquenervia) – antimycobactérienne(d’origine pulmonaire)-antivirale impliquant virus lents- + 2 gouttes de pin sylvestre (pinus sylvestris), cortisone mimétique (semblable) + 2 gouttes de thym thymol (thymus thymoliferum), anti-infectieuse majeure + 2 gouttes de cannelle de chine (cinnamomm cassia) antivirale et stimulante immunitaire : mélangées à 6 cuillères à soupe d’huile végétale (d’amande douce, d’olive etc.) masser le haut du dos et le thorax le jour, jusqu’à une fois toutes les 3 heures, pendant plusieurs jours . Ne pas laisser de répit à l’infection.

Voir à Niaouli

Alterner avec, en inhalation :

Le même mélange, sans huile végétale, à raison de 5 gouttes dans un bol d’eau bouillante, inhaler avec la serviette sur la tête.

En plus : diffusion d’eucalyptus globulus dans la pièce ou se situe le malade ¼ d’heure tous les 3 à 4 heures.

Attention : pin sylvestre: thym thymol: niaouli : déconseillé chez la femme enceinte et allaitante
déconseillé chez les enfants de moins de 8 ans

Phytothérapie

photo_mouron

Commons licenceCC-BY-SA par auteur :Hugo.ARG

Stella Media - Mouron des Oiseaux - Mouron Blanc

Tisanes :

Cure de prêle : la prêle est dotée de silice, chez l’embryon, cet élément minéral est très présent mais diminue fortement avec l’âge (plus de 80%). La silice est indispensable à la formation du cartilage et du tissu conjonctif, directement impliquée dans le maintien de la souplesse des artères. L’aorte est l’un des organes les plus riches en cet élément. Pour indications : le poumon normal contient environ 0.18 % de silice, le poumon tuberculeux 0.009 %. La plante fraîche contient également de la vitamine C en grande proportion ainsi que potassium, manganèse, magnésium, tanins, phytostérol etc.

Voir à Reine des Prés

Cure : décoction à raison de 20 gr de prêle séchée par litre d’eau (faire bouillir au moins 30 mn), 2 à 3 tasses par jour, 5 à 8 jours par mois pendant 2 à 3 mois. Utiliser aussi la poudre de la plante sèche ( 2 à 3 pincées) en complément d’assaisonnement des repas de midi et du soir. Se limiter à des cures brèves. La prêle est précieuse en cas de maladies dégénératives : pour les personnes souffrant d’anémie, de bronchite, de pneumonie, et de problèmes pulmonaires sévères. (Voir prêle)

Infusion de thym (antiseptique- stimulant psychique et physique) : une cuillère à café de thym fraîchement moulu par tasse d’eau bouillante, 4 tasses par jour.

Ou :

photo_houx

Commons licenceCC-BY-SA par auteur :Semnoz - domaine public

Ilex Aquifolium - Houx(feuilles de houx utilisées)

Houx (feuilles) : 20 grammes + guimauve (racines) 20 grammes + reine des prés 20 grammes + orties (feuilles) 10 grammes + sauge  5 grammes ; une petite cuillère à café de ce mélange réduit en poudre, par tasse d’eau bouillante ; faire infuser 5 minutes. Boire le premier jour ½ tasse, toutes les heures, ensuite, 3 à 4 tasses par jour pendant 7 à 10 jours si nécessaire.

Voir à Guimauve

Compresses d’oignons chauffées ou de feuilles de choux sur la poitrine.

photo_prele

Commons licenceCC-BY-SA par auteur : MPF

Equisetum Arvense - Prêle

Conseils: Gymnastique respiratoire :

Respirer par le nez, inspirations lentes et profondes de manière à faire pénétrer le plus d’air possible dans la poitrine, puis expirer énergiquement et complètement de façon à débarrasser les poumons de l’air chargé d’acide carbonique et de vapeurs d’eau. Effectuer cette gymnastique dans une pièce bien aérée.

Dans les cas de bronchite, emphysème ,asthme etc., tous les jours, pratiquer l’expiration sonore vibratoire : inspirer par le nez , expirer par la bouche fermée en bourdonnant ; ce bourdonnement sonore produit dans le larynx, fait vibrer la poitrine, la colonne vertébrale, les cavités nasales et la tête toute entière. C’est un auto -massage respiratoire qui produit les plus heureux effets sur les organes affaiblis. Pratiquer 12 à 16 fois à la minute pendant 5 à 10 minutes plusieurs fois par jour.



Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.