Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

Reine des Prés

Filipendula Ulmaria L.

Dans cette vidéo, il y a un passage où vous pourrez reconnaître, cueillir et utiliser la reine des prés

photo_fleurs

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur : Jean-François Gaffard

Vidéo -reine des prés et prêle des champs -En 1835, à Berlin, Karl J.Löeign a isolé et a identifié l’acide salicylique d’une autre plante : la reine des prés ou spirée ulmaire (spirea ulmaria). Voir Ecorce de saule Confirmé peu après par les travaux de Raphaël Piria en Italie qui fut le premier à produire de l’acide salicylique pur.
Au XIXè siècle, Hoffmann, chimiste allemand synthétisait l’acide acétylsalicylique à partir de la même spirée, l’aspirine était née !

Nota:

Le nom de marque aspirine est tiré du vieux nom botanique de la reine des prés. Il fallait distinguer l’acide acétylsalicylique naturel, extrait des fleurs de la spiraea ulmaria (reine des prés) de l’acide obtenu par synthèse (aspirine : commercialisée la première fois en 1899 par la firme allemande Bayer. Synthèse : acétylation de l’acide salicylique par l’anhydride acétique.

L’aspirine agit sur les plaquettes sanguines, favorise la circulation, peut prévenir les attaques cardiaque, évite la formation de caillots (thrombose). L’aspirine agit en stoppant la production de prostaglandines, des hormones qui transmettent au cerveau le message de la douleur. Elle est réellement efficace contre les migraines et les douleurs d’origines diverses, elle se révèle être aussi un anti-inflammatoire puissant (soulage les douleurs rhumatismales articulaires), fait baisser la fièvre.

Aujourd’hui, plus de 12 000 tonnes d’aspirine sont produits à travers le monde. De nouvelles propriétés lui sont attribuées comme celle de prévenir les cellules cancéreuses (en étude).

Inconvénients de l'aspirine synthétique

L’acide acétylsalicylique (aspirine) agit plus rapidement que l’écorce de saule ou la reine des prés et son effet est moins prolongé.

Peut-être faudrait-il mieux un effet plus prolongé que rapide ? Qu’en pensez-vous ?

L’aspirine fluidifie le sang et ne peut pas être administrée avant une opération, ni pendant les règles. Elle occasionne également des brûlures d’estomac, des hémorragies gastriques et des bourdonnements d’oreilles (notamment chez les personnes âgées).

Il est déconseillé de prendre de l’aspirine en état d’ébriété. Des études ont démontré que la prise d’aspirine augmente la concentration d’alcool dans le sang. (Attendre au moins quatre heures avant de prendre de l’aspirine).

Les plantes ne provoquent pas d’effets indésirables aussi prononcés. On peut se poser la question : « Alors pourquoi  cette production d’aspirine synthétisée ? »

Les pharmacopées, Américaine, Allemande et d’autres pays européens sont précurseurs du retour aux soins par les plantes et préconisent l’écorce de saule et la reine des prés en pédiatrie pour faire tomber la fièvre.

Croyances populaires :

photo_reine_des_pres

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Domaine Public

Reine des prés : plante sacrée des druides, la plante était disposée sur le sol pour égayer le cœur et ravir les sens (goût âpre- odeur douce). Les fleurs ornaient le bouquet de la mariée.

Reine des prés : ou vanille du pauvre ! les fleurs aromatisaient la crème anglaise, les caramels, le vin ou la bière.

Les feuilles de reine des prés teignaient la laine en jaune

Ecorce de saule : Les anciens croyaient que les sorcières se servaient du bois de saule pour confectionner leurs balais magiques, s’y cachaient pour se transformer en belle jeune fille ou en chat noir. Ensuite, l’Eglise le consacra à la vierge Marie pour ses effets à combattre la lubricité.

Propriétés et usages de la Reine des Prés :

Anti-inflammatoire puissant - antidouleur – diurétique puissant – sudorifique - fébrifuge – fluidifiant sanguin - résorbe l’œdème – cellulite - arthrose- rhumatismes – goutte - excès d’urée dans le sang - migraine – névralgies – ainsi que « reine minceur » : sa propriété sur les éliminations.

Les fleurs de Reine des Prés :sont efficaces contre toutes les maladies dues à une surcharge de l’organisme (la goutte, l’hypertension, les douleurs rhumatismales, le diabète gras, la cellulite, l’artériosclérose, l’obésité etc.….).Henri Leclerc (père de la phytothérapie européenne) conseillait la plante contre le rhumatisme articulaire aigu (excellent anti-inflammatoire) et contre la cellulite.

photo_reine_des_pres

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia :

Elles favorisent l’élimination digestive et l’élimination rénale de l’eau, on l’utilise dans les cures d’amaigrissement.

Contrairement à l’aspirine (synthétisée) qui cause des ulcérations et des saignements dans l’estomac en usage prolongé, la plante permet de lutter contre l’acidité gastrique. La reine des prés est très utile dans les redoutables douleurs névralgiques (action sédative) et apaise les douleurs musculaires.

Cette plante aux fleurs odorantes est un puissant diurétique et a la propriété d’éliminer l’acide urique et les chlorures. Elle collabore avec succès à résorber les œdèmes. Associée avec le cassis (bourgeons ou feuilles), elle constitue un traitement efficace contre les maladies rhumatismales chroniques d’autant plus que les cures sont très bien tolérées par l’organisme.

Contrairement à l’écorce de saule, il semblerait qu’elle possède quelques vertus aphrodisiaques

photo_fleurs

Récolte des sommités fleuries  de juin à août :

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur : Lamiot

Cette plante aime les sols très humides et un peu ombragés. On la trouve au bord des cours d’eau, des marais, dans certains talus. Elle est facile à identifier de par sa hauteur (80 à 150 cm) sa tige rigide souvent de couleur brune, ses feuilles pennées à folioles longues de 3 à 5 cm par 2 à 9 paires, soyeuses et claire en dessous et sa sommité fleurie blanche, odorante en fausse ombelle ramifiée, constituée d’une multitude de fleurs souvent à 6 pétales

photo_fleurs

Racines, feuilles et fleurs ont des propriétés semblables mais il est cependant conseillé de ne cueillir que les sommités fleuries de reine des prés (il est rare de trouver sur la même tête toutes les fleurs ouvertes ensemble) ne serait-ce que pour bénéficier de leur parfum et de la facilité de séchage (à l’ombre dans un endroit aéré)

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Auteur : Stern Porse

Modes d'emplois :

En infusion :
Pour adultes : mettre une cuillérée à soupe de fleurs sèches dans une tasse, porter de l’eau à ébullition, la laisser refroidir une minute avant de la verser dans la tasse, infuser 3 minutes, prendre 3 à 4 tasses par jour. Cure de 5 jours séparée de 15 jours pendant 3 mois suivant résultats.

Alcoolature : Faire macérer dans ¼ de litre d’alcool (de 40 à 90°) pendant 8 jours, ¼ de litre de fleurs fraîchement cueillies. Filtrer et prendre 1 à 2 cuillères à café par jour, additionnée d’eau suivant degré d’alcool ou dans une infusion de feuilles de frêne, de cassis, primevère…

En macération dans du vin ou de la bière : Elle donne un parfum qui ressemble à celui du muscat de Frontignan. Une poignée de fleurs fraîches ou trois cuillerées à soupe de fleurs séchées par litre, en macération pendant un minimum de 3 jours.

Précaution :
A dose massive, la reine des prés peut enflammer les voies urinaires et apporter des maux d’estomac et des troubles cardiaques.




L'Ecorce de Saule Blanc

Salix alba L.

photo_arbre

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Domaine Public Auteur : KOS

Noms populaires : barbe des chênes-belle des prés- herbe aux abeilles- ormière- Spirée ulmaire, « Aspirine naturelle »

Histoire:

Un papyrus égyptien datant de 1550 avant JC relate la prescription de décoction de feuilles de saule contre les fièvres. Au V siècle, avant notre ère la médecine chinoise l’utilisait en tant qu’analgésique. Hippocrate (460 avant JC), célèbre médecin grec recommandait déjà l’écorce de saule blanc contre les douleurs et les fièvres. Les indiens d’Amérique l’employaient comme antidouleur et fébrifuge.

Les saules sont des arbres qui poussent dans des endroits très humides et marécageux, qui ont les « pieds » dans l’eau ! Et pouvaient donc soigner les « pieds mouillés ! ». D’après la théorie des signatures qui attribue les propriétés des plantes selon leur forme, leur lieu de pousse, Paracelse (vers 1530) conseillait l’écorce de saule contre les refroidissements, la grippe et les douleurs articulaires.




photo_arbre

Nous ne pouvons ici répertorier les trente espèces et les très nombreux hybrides des saules existants.Nous ne pouvons que conseiller pour déterminer la variété d'un saule d'être attentif à l'examen des chatons, des deux sexes et par celui des feuilles .Se référer pour une reconnaissance et la description des espèces , variétés et hybrides, le livre de A.et E.G Camus -Classification des saules d'Europe et monographie des saules de France .
Propriétés médicinales
Le saule blanc est le plus souvent employé , et c'est celui-ci que l'on récoltera de préférence.L'écorce de saule sera prélevée sur les jeunes rameaux,avant la floraison des chatons , les feuilles seront cueillies à la fin du printemps, ou en tout début d'été, et les chatons à la floraison.

Commons licenceCC-BY-SA : Image wikipédia : Domaine Public Auteur : Otto Wilhelm

Les premières études effectuées sur l’ancêtre de l’aspirine date de 1829. C’est un pharmacien français Pierre –Joseph Leroux qui essaie de concentrer la préparation de poudre d’écorce de saule blanc en la faisant bouillir, il en obtient des cristaux solubles. Il la nomme salicyline (de salix : saule en latin).



Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.