Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

photo_tussilage

Rhinite:

Commons licenceCC-BY-SA par auteur : Kjetil Lenes

Tussilago Farfara - Tussilage - Pas d'Ane

Appelé aussi coryza : Dans la plupart des cas, c’est à la suite d’un refroidissement que se déclenche un coryza aigu banal (ou rhinite infectieuse : virus) : affection des fosses nasales. Le refroidissement modifie la circulation du sang dans les muqueuses et les microbes qui pénètrent dans le nez trouvent là, un terrain propice en raison de ce trouble respiratoire. A l’action de la poussière, de la chaleur, du pollen de la pollution atmosphérique (les gaz d’échappement etc.), l’affection nasale peut recouvrir des troubles plus sévères (allergies). Des violentes démangeaisons, des picotements, une conjonctivite, une douleur brûlante dans les yeux, un abondant écoulement de liquide des fosses nasales accompagnent cette inflammation des muqueuses, l’œdème (enflure) des muqueuses du nez ne peut plus permettre la respiration par le nez.

Voir à Achilée

Le rhume des foins se caractérise par des courbatures, de la lassitude, un manque d’appétit, bref, les crises d’éternuements s’alternent avec des crises d’écoulement d’un liquide semblable à de l’eau.

photo_plantain

Commons licenceCC-BY-SA par auteur : Eugene Zelenkowww.fleurs-des-montagnes.net

Symptômes :

Sensation d’avoir les narines bouchées, difficulté d’attention, odeurs et goûts semblent avoir disparus. Ce coryza aigu évolue habituellement en quelques jours vers la guérison. Le rhume « mûrit » dit-on couramment, les sécrétions sont plus épaisses, moins fréquentes, la toux plus grasse, la fièvre tombe. Pour éviter ces rhumes de cerveau,s’ils se répètent souvent, il faut veiller à avoir une excellente hygiène de vie et une bonne alimentation, s’immuniser progressivement contre les variations climatiques.

Voir à Plantain



Aromathérapie

photo_aigremoine

Commons licenceCC-BY-SA par auteur : Pethan

Agrimonia Eupatoria - Aigremoine Eupatoire

En massage : 2 gouttes de thym (thymus vulgaris linalol) anti-infectieux + 2 gouttes de lavande officinale (lavandula officinalis) rééquilibrante - antiseptique + 2 gouttes de niaouli (melaleuca quinquenervia) anti –mycobactérienne, mélangées à un quart de verre d’huile d’amande douce ; masser le haut du thorax et le haut du dos, 3 à 4 fois par jour

Voir à Eucalyptus Globulus

Faire diffuser dans la pièce principale de l’eucalyptus globuleux (eucalyptus globulus) anticatarrhal (qui agit contre les inflammations des muqueuses avec sécrétion importante)  ou en appliquer 2 gouttes sur un mouchoir et inhaler fréquemment.

Voir à Thym Linalol

Attention : Thym : Eucalyptus globulus : déconseillé chez la femme enceinte et allaitante , chez les enfants de moins de 8 ans

Voir à Niaouli



Phytothérapie

photo_achillee

Commons licenceCC-BY-SA par auteur : Georg Slickers

Achillea Millefolium - Achillée Millefeuille

Tisanes :

Rhume de cerveau :

Tussilage
  40 grammes + aigremoine 40 grammes + prêle : 20 grammes : une cuillère à thé de ce mélange réduit en poudre, par tasse d’eau, bouillir 3 mn, faire infuser 10 minutes ; boire une tasse 3 à 4 fois par jour

Voir à Sureau

Rhume des foins : Fleurs de sureau, 10 grammes, anti-catarrhal, stimulant circulatoire, anti-inflammatoire : infusion seule ou associer avec 5 grammes de menthe poivrée et 15 grammes d’achillée mille-feuilles (antiallergique) : Utilisation : comme ci-dessus.

Nota:

On peut faire des inhalations avec l’achillée et la menthe mélangées.

Rhinite allergique : Plantain lancéolé (prendre du frais si possible ; on en trouve presque toute l’année), tonifiant des muqueuses, 20 grammes ; sèché : réduire en poudre, une cuillerée à café par tasse d’eau bouillante ; laisser infuser 10 minutes – très efficace – boire 3 à 4 tasses par jour.

Phytopsychothérapie

photo_sureau

Commons licenceCC-BY-SA par auteur : Willow

Sambucus Nigra - Sureau Noir

Le nez qui coule, à répétition est une défaillance de l’organisme. Il faut noter à quelle période cela arrive pour la prévenir et s’en prémunir.

Conseils

Eviter les instillations nasales préventives car les produits chimiques risquent de modifier l’état des muqueuses qui paradoxalement, réagiront par un rhume. Il faut s’efforcer de rétablir les défenses de l’organisme contre l’infection microbienne. Le repos, la chaleur, l’exercice respiratoire, éviter les boissons alcoolisées et le tabac, avoir une bonne diversité et hygiène alimentaire, contribuent efficacement à lutter contre ces infections. Boire abondamment, (seulement des boissons non salées et non sucrées) diminue l’importance des sécrétions nasales. Certaines formes de rhinite sont contagieuses, les microbes se logent dans les mouchoirs, en utiliser des jetables si possible.

photo_montagne_alpes

Commons licenceCC-BY-SA par auteur : Dirk Beyer

Gentiana Brachyphylla - Gentiane à Feuilles Courtes

Voir à Aigremoine

L’exercice respiratoire ; la gymnastique respiratoire :

Bien souvent , la quantité d’air respirée est insuffisante , surtout chez les personnes qui n’ont pas d’activités physiques et, facteur aggravant, la qualité de l’air est de plus en plus mauvaise, surtout en ville. C’est par le nez que transitent environ 10 m3 d’air par jour, on ne peut douter de l’impact de la qualité de l’air sur la santé des canaux nasaux et du système olfactif.

Pour tous ceux qui respirent mal, en dehors des crises de rhinite, et même pendant lorsque c’est possible, pratiquez régulièrement la respiration par le nez (et rien que par le nez). Les exercices respiratoires doivent se faire dans un air pur, soit, dans une chambre bien aérée, soit au dehors en se promenant dans un endroit exempt de poussière. Faire des inspirations lentes et profondes de manière à faire pénétrer le plus d’air possible dans la poitrine, puis expirer énergiquement et complètement de façon à débarrasser les poumons de l’air chargé d’acide carbonique et de vapeurs d’eau. Pour un organisme sujet à des difficultés respiratoires, pratiquer tous les jours l’expiration sonore vibratoire : faire une forte inspiration par le nez, on expire, la bouche fermée, en bourdonnant. Ce bourdonnement sonore, produit dans le larynx, fait vibrer la poitrine, la colonne vertébrale, les cavités nasales et la tête toute entière. C’est une sorte d’auto massage respiratoire vibratoire qui produit les plus heureux effets sur les organes malades ou affaiblis. Les mouvements respiratoires doivent se faire douze à seize fois à la minute. Chaque séance doit durer cinq à dix minutes.

Voir à Origan



Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.