Abus de savoir en psychanalyse


Psychanalyse - psychothérapie en ligne -thérapie de couple - 20€ la séance d'une heure

C'est par « ma » psychanalyse que j'ai pu retrouver la mémoire de ce que j'avais vécu dans l'enfance et surtout ses influences dramatiques sur ce qu'a été ma vie d'adulte.

Comment se déroule une consultation ?

louis_14_sacre

Abus de savoir, abus de pouvoir

A l’origine : (au masculin ; au féminin) : si on observe certaines tribus isolées, existant encore sur la planète, sans contacts avec nos civilisations dites évoluées, on peut constater que le couple, tel que nous l’interprétons aujourd’hui, n’existait pas aux origines de notre espèce. Si l’attention est maintenant plus portée sur la préservation de l’environnement que sur la quantité d’êtres humains  pour en garantir la survie, avant c’était l’inverse : il fallait se prémunir de l’environnement et garantir la descendance. Tout laisse à penser qu’hommes et femmes se pliaient aux impératifs de cette loi naturelle qui s’impose à toutes les espèces (microbiennes, végétales, animales etc.…). On croit l'avoir oublié et pourtant, dans l’impératif, il nous faudrait peu de temps pour retrouver ce qui est indispensable ainsi que les façons de l’obtenir.

Image Louis XIV en 1648 âgé de 10 ans mais déjà roi de France ; Auteur : Henri Testelin - Domaine Public

 Pour le contrôler, il suffit d’imaginer une catastrophe planétaire qui n’aurait laisser de chance qu’à un petit groupe de personnes composé de quelques hommes, femmes et plusieurs enfants, dénudés, sans toit, sans nourriture.

deluge

Ce qui vous viendra en tête si vous en faites partie, après, bien sûr, avoir balayé les problèmes récents qui n’auront plus lieu d’exister, ressemblera étrangement à ce qui était pensé à l’origine. La survie de soi pour les enfants, la survie des enfants pour soi dans la vieillesse, la survie du groupe pour la sécurité et l’entraide, reprendra toute l’importance quelle avait au temps de la préhistoire.

Image Le Déluge - Auteur Léon Comerre -Domaine Public

Dans ces temps, la survie du groupe ne pouvait être assurée sans la sexualité ! La nature nous a doté de sens qui apportent  du plaisir lors des rapports sexuels et de la mémoire qui permet entre autres, d’avoir le désir de revivre ces plaisirs. Pour le groupe, la nécessité d’une progéniture en bonne santé, saine et robuste, s’impose. Dans ce nouveau contexte, la femme saura très vite choisir le mâle le plus adéquat pour l’accouplement. Le rang social jadis important, n’aura là, plus aucune influence sur les critères de sélection, pas plus que les titres, la propriété et le compte en banque. Les hommes se disputeront ce rapport sexuel ! La force physique et la ruse l’emporteront tant que l’avenir ne sera pas garanti. La mère qui sommeillait en chaque femme, se réveillera, intransigeante dans tout son rôle, souveraine par sa capacité à enfanter. Les hommes, devant ces femmes portantes, retrouveront la mère qui les a enfantés et tout naturellement, assureront sécurité, nourriture et abri. Tant que « survivre » sera la seule préoccupation du groupe, il en sera certainement ainsi.

Vivre et non plus survivre :

cupidon_et_psyche

Image Cupidon et Psyché ; Auteur: Jacques Louis David(1748-1825)Domaine Public

Ce qui avait dû se passer : A force de réflexions et de travail pour que demain soit meilleur qu’aujourd’hui, la tribu peut maintenant assurer sa subsistance au-delà des vingt quatre heures, voir même sur plusieurs mois (maîtrise de la conservation, de la planification, du stockage, de la culture etc.…).Reste le problème des hommes privés des plaisirs sexuels, leur désir de procréer se compense par le plaisir à créer (à défaut de pouvoir pro-créer), inventer l’objet mais surtout l’outil devenu indispensable et convoité pour améliorer la production, la défense, la chasse….les soins…Ces hommes, tout d’abord insignifiants, sont vite devenus importants, non plus pour la survie de la tribu devenue société, mais pour son bien être. Vu que l'arme et l'outil devinrent plus efficaces que la force physique, la gente féminine changea ses critères de sélection. De nos jours, il en est encore ainsi mais sur d'autres critères, toujours en perpétuelles mutations, au gré des conjonctures sociales.

Parenthèse : Si quelques femmes apparaissent aujourd’hui indépendantes, c’est parce que la conjoncture actuelle permet aux mères d’assurer l’avenir de leur progéniture (donc de notre espèce) sans avoir recours aux services apportés jadis par l’homme. Force est de constater qu’il y a de plus en plus de femmes qui élèvent seules leurs enfants, qui occupent des métiers avant réservés aux hommes, qui orientent plus leurs filles que leurs garçons vers des carrières professionnelles, qui font de la politique et qui veulent endosser les deux rôles.

intervention_des_sabines

C’est possible aujourd’hui ! Si, tout comme après les guerres qui ont décimé les hommes, on a pu constater une recrudescence de naissances masculines, tout porte à penser que bientôt il y aura plus de filles que de garçons. La gente masculine traverse une drôle de période qui se manifeste d’ailleurs par un accroissement du nombre de couples homosexuels de part et d’autre. Si les femmes ont toujours été très influentes sur les décisions des hommes de pouvoir, de plus en plus elles se glissent au devant d’eux. Reste à espérer qu’elles sauront mettre un peu plus de sérieux dans la politique « vitrine » de leurs maris, si un jour elles pensent les remplacer.

Image L'intervention des Sabines - Auteur :Jacques Louis David - Domaine Public

Par une curieuse combinaison (qui serait trop longue à développer ici), ce qui était solidarité dans la survie est devenue exploitation du travail des uns pour le compte de minorités dirigeantes constituées en groupes (issus des grandes écoles religieuses avant d'être de commerce et de politique). Ils édictèrent les premières lois et la répression musclée pour les récalcitrants. Au fil du temps, on est passé de la solidarité dans la tribu (survie) à l’exploitation de la société (sécurité promise) pour finir par la dictature sur les peuples (luxe).

Comment cela a-t-il été possible ?: Sans la peur (de souffrir ou de mourir), tout comme la sexualité, la vie (humaine pour ne citer qu’elle) n’existerait pas, elle fait partie, elle aussi, des éléments indispensables à la survie.

Le mot « gouverner » pourrait être rayé du vocabulaire si on pouvait rayer de notre mémoire, le sens du mot « autorité » et le remplacer par « décision collective » ainsi que le mot « punition » par « réparation »

C’est l’exploitation de la peur qui permet la dictature mais c’est la peur aussi qui peut la renverser si l’avenir du peuple opprimé est très menacé. C’est dans le pire que resurgit la conscience, ce sont dans les catastrophes que réapparaît la solidarité (c’est toujours le peuple qui met le premier la main à la pâte et à la poche, en tout anonymat), les racines sont toujours là !

Ces groupes musclés qui gouvernent :

Il  est impossible de pouvoir gouverner sans moyens de dissuasion:

La force de répression pour instaurer la peur : sur le terrain, pour être efficace,  son obéissance est plus importante que sa réflexion, ses muscles plus que ses connaissances.

Dans nos sociétés, c'est petit à petit, aux cours des siècles, que l'autorité du soi disant « savoir » s'est installée. Sous l'influence d'être les seuls à détenir les connaissances nécessaires pour garantir la sécurité aux peuples, des minorités se sont octroyées le droit de les rançonner, rançons réservées en partie à financer des armées utiles avant tout, à leur protection contre d'autres groupes eux aussi minoritaires et contre d'éventuelles rebellions du peuple.

jugement_dernier_michel_ange

Les religions ont su se donner le pouvoir pendant des siècles sur la simple promesse du paradis (tellement plus forte que toutes autres formes de sécurité, qu'elle valait bien qu'on puisse s'y sacrifier)aux obéissants et l'enfer aux récalcitrants qu'elles condamnaient à la peine de mort. Bien que cette forme de pouvoir soit tombée en désuétude, il n'en reste pas moins quelques groupes (ceux qui n'ont pas encore acquis les nouvelles formes d'accès à l'autorité) qui s'y accrochent désespérément en massacrant les innocents qui ne veulent plus soutenir leurs causes ou en accepter les règles.

Image Le Jugement Dernier - Auteur MichelAngelo (1475-1564)- Domaine Public

Il ne faut pas s'y tromper, les politiciens d'aujourd'hui sont les héritiers de cette forme de pouvoir. Si le nom des écoles qui leur sont réservées a changé, le procédé est resté le même. C'est toujours au nom de la sécurité qu'ils parviennent à s'imposer, au détriment des libertés les plus élémentaires et à l'avantage d'une autre autorité parallèle qui a toujours existé, celle du capital financier ! Jurant toujours dur comme fer que tout ce qui est décidé n'est que pour le bien du peuple et qu'ils sont les seuls capables à savoir gérer correctement son avenir, ils lui laissent tout de même des petits espaces de contradiction (syndicats, associations, coopératives, etc...) qui ne sont en réalité que de petits pétards mouillés face à leur force de dissuasion.

Il reste malgré tout quelques personnes clairvoyantes, honnêtes et intègres. Ne connaissant d'autres manières d'administrer un pays que celles qui leurs ont été apprises, faute de preuves concrètes, elles ne peuvent tenter mettre en œuvre quelques idées nouvelles jugées utopiques au sein même du groupe dont elles font partie.

canyon_image

A passer tout son temps à ne vouloir acquérir d'autres connaissances que celles qui sont sanctionnées par des diplômes censés apporter la preuve du degré d'intelligence de chacun, on finit par douter, voir oublier l’existence de la pensée individuelle. J'ai vu des étudiants en philosophie sombrer en profonde déprime dans la lutte à sauvegarder leurs propres pensées face à l'obligation d'intégrer que seule est juste, la pensée des « grands philosophes » et que tant qu'ils ne l'auront pas assimilée, ils resteront des ignorants. A savoir qu'ils seront devenus idiots quand ils ne sauront plus penser autrement que comme ces philosophes, les sauve de la débilité. Il en est de même en politique et dans le système éducatif en général !

Image Canyon de Chelly - Auteur - Edward S.Curtis- Domaine Public

Il existe heureusement toujours quelques personnes qui ne sont pas restées figées dans leurs connaissances pourtant si difficilement acquises. Elles ont permis à d'autres personnes, bien que souvent considérées comme folles dans le milieu de leur discipline, tel que Freud, Einstein, le malheureux Galilée qui en a perdu la vie, etc., de pouvoir exposer et prouver de nouvelles théories qui ont remis en question, voir anéanti, certaines « connaissances » sur lesquelles s'étaient construites bien d'avantageuses notoriétés.

galilee_juge

C'est bien parce qu’il n'existe pas d'êtres humains incapables de réfléchir, que certains devraient se méfier du danger qu'il y a à vouloir canaliser les réflexions dans les directions contraires à celles qui leur ont apporté les avantages du pouvoir. Bien mal acquis ne profite jamais (à long terme) et, qui trop embrasse, mal étreint (ne tient que ce qui peut être tenu entre deux bras) ! C'est naïf ? Suffit d'observer ce que sont devenues les grandes civilisations antiques, le royalisme, les religions, etc., pour apercevoir ce que deviendront immanquablement la démocratie et le capitalisme! Il en a toujours été ainsi quand il n'y a plus trace de la moindre équité. Pourquoi faut-il toujours aussi, que certaines idées, senties utiles et justes par la majorité, soient utilisées par des minorités pour s’accaparer le pouvoir (ex : christianisme, communisme) ou les capitaux issus des cotisations volontaires de solidarité (ex : caisses de maladies).

Image Galilée face au tribunal de l'inquisition Catholique romain - Auteur : Joseph-Nicolas Robert Fleury - Domaine Public

Tout ceci n'aurait pu exister sans la confiance aveugle accordée à ces minorités sur le savoir qu'elles ne cessent de clamer. C'est comme ça que l'idée du principe de démocratie à été récupérée par ces mêmes groupes qui savent en verrouiller tous les accès qu'une véritable démocratie autorise. En fin de compte, rien n'a changé malgré la fausse apparence sur scène d'une certaine diversité permettant un libre choix alors que dans les coulisses ils se jurent à rester solidaires à lutter contre toutes formes d'intrusions. Mêmes écoles = mêmes connaissances, principes et ambitions ! Il suffit de partager quelques temps leurs vies intimes pour se retrouver surpris et honteux de s'être laissé abuser par les apparences qu'ils se sont données. Abus d'un certain savoir restant malgré tout, limité aux seuls sujets conventionnellement étudiés !

livre

Achetez notre livre - La Phytopsychothérapie-
Utilisation des plantes médicinales et huiles essentielles

Voir Boutique