L'Argent de la Cure


Psychanalyse - psychothérapie en ligne -thérapie de couple - 20€ la séance d'une heure

C'est par « ma » psychanalyse que j'ai pu retrouver la mémoire de ce que j'avais vécu dans l'enfance et surtout ses influences dramatiques sur ce qu'a été ma vie d'adulte.

Comment se déroule une consultation ?

portrait_peseur_or

L'argent dans la cure : je ne peux m'empêcher un sourire quand j'entends que l'argent à un rôle fondamental pour le patient dans la réussite de sa cure analytique. J'en suis à plaindre le malheureux psychanalyste contraint à devoir l'accepter. Soyons sérieux, à moins d’être rentier, retraité ou salarié de la fonction publique ou autre, je ne vois pas comment il pourrait financer son local, ses besoins personnels comme tout un chacun s'il devait consacrer tout son temps à ses patients sans demander une contre partie numéraire. Il me paraît important que cela soit aussi signifié dans la cure pour éviter de la commencer par un « non dit » qui laisserait la porte ouverte aux premières confusions . Que la rémunération soit discutée et adaptée aux ressources du patient me semble être le minimum requis pour rester dans l'équitabilité.

Image Le Peseur d'Or - ou - L'or Peseur - 1654- Auteur - Salomon Koninck(1609-1656)- Domaine Public

La psychanalyse, contrairement à certaines pensées Freudiennes, ne peut et ne doit jamais être uniquement réservée aux seules personnes qui en ont les moyens. A chacun d'établir ses tarifs en conséquences des revenus du patient afin de pouvoir le cas échéant, recevoir les plus démunis au risque de voir fuir les plus nantis qui détestent souvent s'y trouver mêler ( c'est un phénomène de société qui est intéressant à analyser autrement que sur le plan philosophique)

Il ne faut pas oublier que par snobisme, durant des années, « on s'octroyait un psychanalyste » comme on invitait un philosophe à sa table. Si ce n'est pas toujours le cas aujourd’hui, il persiste quand même dans certains milieux. Lacan, à son insu, a dû en amuser plus d'un !

portrait_collecteur_impots

Il est certain que l'argent joue un rôle très important dans la vie de chacun, d'autant plus pour certains quand il vient à manquer pour subvenir aux besoins les plus élémentaires. Pour expliquer à ces « derniers » qu'ils n'ont rien perdu et que surtout il n'auraient rien gagné à investir le peu qu'ils ont dans une psychanalyse sous sa forme connue, je leur propose de lire ces quelques lignes tirées des ouvrages en la matière :

Image Le Collecteur d'Impôts- Auteur-Jan Matsys (1509_1575)- Domaine Public

Tirés du site « Le Point.fr »dans « Onfray contre Freud » du 28 10 2010

Citations :

1) « Le névrosé pauvre ne peut que très difficilement se débarrasser de sa névrose. Ne lui rend-elle pas, en effet, dans la lutte pour la vie, de signalés services ? Le produit secondaire qu'il en tire est très considérable. La pitié que les hommes refusaient à sa misère matérielle, il la revendique maintenant au nom de sa névrose et se libère de l'obligation de lutter, par le travail, contre sa pauvreté. » : pour le travail, souvent l'impossible est déjà fait, pour le miracle, accordez leurs au moins un délai ! Pour ce qui est de la névrose, l'argent est l’ampèremètre qui en indique son intensité.

2) « Les pauvres sont, moins encore que les riches, disposés à renoncer à leurs névroses parce que la dure existence qui les attend ne les attire guère et que leur maladie leur confère un droit de plus à une aide sociale. » : qui ne financera jamais une psychanalyse d'où le manque d'intérêt du psychanalyste  à vouloir s'en préoccuper !

3) « Les nécessités de l'existence nous obligent à nous en tenir aux classes sociales aisées, aux personnes habituées à choisir à leur gré leur médecin » : surtout prêtes, par snobisme, à payer cher le produit de luxe ( dans ce cas, le psychanalyste!). Là se situent bien les rôles de l'argent dans la cure !

Que de tels propos puissent faire scandale aujourd’hui, n'empêche que ce qu'ils véhiculent comme pensées reste toujours bien d'actualité. Certains ne désirent pas plus se débarrasser des névroses qu'ils ne désirent se séparer de leur argent superflu, inutilement entassé. Certaines névroses favorisent la richesse qui, suivant son utilisation, en est souvent le témoin.

portrait_preteur_et_sa_femme

Il ne faut pas oublier que si la princesse Marie ne l'avait pas aidé financièrement dans ses recherches, Freud aurait pu se retrouver à faire la queue à la soupe populaire en mâchouillant des sandwichs à la névrose et aux cornichons. Il ne faut pas, malgré tout, que ces quelques malheureuses citations puissent cacher son immense travail. L'être parfait n'existe pas ! Même Dieu semble s'être trompé puisqu'il a dû refaire son testament !

Image Le Prêteur et Sa Femme (1514) - Auteur - Quentin Matsys - Domaine Public

Ce que je dirai aux psychanalystes capables de l'admettre, c'est qu' à l'instant de sa naissance, l'enfant n'apparaît pas avec des « bourses » pleines d'argent ou avec une carte bancaire entre les « lèvres » malgré que, bien souvent, quelques spéculations sont déjà faites sur lui, au risque de lui créer sa première « névrose » (le futur héritier de la fortune ou de la pauvreté avec en cadeau la névrose des parents!).

Je laisse à chacun le soin de définir ce que veut dire névrose en terme psychologique. Pour moi la névrose est le nom donné a un ensemble de comportements répertoriés à défaut de pouvoir les expliquer. Nous savons que ces comportements ont une raison d'exister, ce qui n'a rien à voir dans la plupart des cas, avec ce que l'on pourrait assimiler à la maladie.

portrait_cure_de_la_folie

Image Extraction de la Pierre de La Folie - ou - La Cure de la Folie - Auteur Hieronymus Bosh - Domaine Public

Nota : pour revenir sur le sujet très controversé du rôle de « l'argent dans la cure », nous pouvons affirmer avant tout que le patient paye en argent et en émotion pour se défaire de ce qu'il a subi et lui a pourri la vie inconsciemment. Le psychanalyste se fait rémunérer pour son expérience acquise dans les mêmes conditions. Dans ce cas, si le tarif est ajusté aux possibilités de chacun, quoi de plus normal ? Le principal n'est-il pas, avant tout, que la psychanalyse puisse un jour être le moyen d'accéder à la compréhension de la réalité humaine et ainsi arrêter la répétition des actes et comportements inconscients qui rendent impossibles tous les changements de plus en plus désirés pour améliorer le bien-être individuel et collectif. Cela sera impossible aussi, sans un changement radical de la méthode psychanalytique pour que la psychanalyse redevienne ce que chacun en avait senti et attendu! (ce qui en avait fait sa popularité!)