Le Divan


Psychanalyse - psychothérapie en ligne -thérapie de couple - 20€ la séance d'une heure

C'est par « ma » psychanalyse que j'ai pu retrouver la mémoire de ce que j'avais vécu dans l'enfance et surtout ses influences dramatiques sur ce qu'a été ma vie d'adulte.

Comment se déroule une consultation ?

image_divan_freud

Image
Le Divan De Freud

Ce divan est exposé au Freud Museum, à Londres, Freud s'y est réfugié en 1938
après son départ de Vienne en 1938 et où il est mort le 23 Septembre 1939, à l'âge de 83 ans.

Observez bien : Dans l'échange d'idées personnelles dans un dialogue en face à face, chacun cherche inconsciemment à interpréter la signification des moindres réactions manifestées chez l'autre par ses mouvements du regard, de la bouche, de ses membres ou autres, provoquées par ce qu'il entend. Ce n'est seulement que de ces interprétations réciproques, que dépendra la sincérité de chacun dans la discussion. L'un et l'autre refuse de mettre en péril la pensée qu'il tente d'exprimer et ainsi éviter de se mettre lui même en péril.

Voici une expérience accessible à tous : l'un se couche sur un lit ou canapé, l'autre se place assis sur une chaise, à l'arrière de sa tête de façon à ce que le premier ne puisse l'observer. Ainsi installés, la personne assise ne doit qu'uniquement demander à l'autre de dire ce qui lui vient à l'esprit. À moins que les personnes se connaissent très très bien, la personne couchée aura l'impression d'avoir la tête vide et ne pourra rien trouver à dire malgré tous les efforts qu'elle pourrait y fournir. Si la personne assise reste dans le silence ( ce quelle devra essayer de faire!), il ne se passera certainement pas 5 minutes avant que la personne couchée ne sorte promptement de sa position. Ensuite, inversez les rôles afin que chacun puisse en connaître les effets.

Ceux-ci prouveront qu'il est difficile d'oser exprimer la moindre pensée quand il est impossible de pouvoir observer les réactions de celui qui écoute et observe.

image_divan_portrait_madame_manet

Si vous vous êtes prêtés à cette expérience, vous pourrez vous faire une idée de ce que représente le divan en psychanalyse dans la forme dite autodidactique ou stricte (suivant les différents courants). Généralement les séances durent une demi-heure !

Image Portrait de Madame Manet Edouard - Auteur -Edouard Manet - 1880 - Domaine Public

Parenthèse : sur l'expérience, je vous laisse aussi soupçonner ce que pourraient vivre certains autistes dans la pensée bloquée en présence d'autrui. Vous pouvez imaginer la dose de confiance qu'il faudrait instaurer pour parvenir à débloquer leur situation.

Il est certain que dans la scène du divan, le patient retrouverait très vite sa capacité de penser, s'il venait à s'apercevoir que son psychanalyste a sombré dans le sommeil. Plus d'écoute, plus d'observation donc plus de danger, le patient peut se remettre à penser mais résistera à parler de peur de le réveiller. Qu'est-ce qui pourrait débloquer la situation du patient allongé sur ce divan ?

Soit  :
- qu' il arrive à se convaincre qu'il n' y a aucun risque à s'exprimer en présence de son psychanalyste puisqu'il est censé pouvoir tout entendre sans lui-même émettre la moindre pensée (l'image du psychanalyste qui roupille!).

qu'il se considère être en droit de tout pouvoir lui dire sans qu'il puisse en répondre et en faire un quelconque usage, vu qu'il est tenu au secret absolu (l'image du psychanalyste silencieux) .

s'obliger à trouver des sujets simples à parler (la pluie, le beau temps, tenter les actualités, etc;) pour ne pas avoir à payer sa séance et en repartir sans avoir pu dire un mot (l'image du psychanalyste patient).

femme_nue_portrait

soit penser que son psychanalyste a lui aussi été confronté aux mêmes difficultés lors de sa propre analyse (l'image du vrai psychanalyste) S'il le patient n'a pas expressément demandé une psychanalyse stricte, le divan et d'autant plus la position obligatoirement couchée du patient, ne sont surtout pas indispensables au bon déroulement d'une psychanalyse. Leurs utilisations imposées ne peuvent qu'en allonger le temps et risque de se terminer par lassitude du patient (psychanalyse interminable sans véritables bénéfices).

Image Femme nue étendue sur un divan - Auteur Gustave Caillebotte 1873 - Domaine Public

Pour ma part, j'ai demandé une psychanalyse stricte pour des raisons que j'explique sur un autre lien. J'ai, à l'instant ou j'écris, une pensée profonde pour la psychanalyste qui a su m'y accompagner pendant des années sans jamais dévier de ce qui au départ avait été convenu. C'est bien parce que je connais le divan que je m'autorise à en parler ici, d'autant plus qu'ensuite, j'ai entrepris une psychanalyse sans divan, après avoir analysé ma première forme d'analyse. Je profite de l'instant aussi, pour faire un petit coucou à ma compagne car c'est entre nous que la dernière s'est déroulée, tout comme c'est ensemble que nous construisons ce site. Nous avons pu, sur les nouveaux résultats en développer une autre forme que nous appelons «  psychanalyse intensive brève », nous l'expliquons sur un autre lien.

portrait_the_death_of_Sardanapalus

Image The Death of Sardanapalus - 1827 - Auteur Eugène Delacroix (1798-1863)- Domaine Public

C'est donc bien en connaissance de cause que je confirme que le divan n'est indispensable que dans la forme d'une psychanalyse dite « stricte » que je remettrai en question plus loin. Je confirme aussi que, bien que considérée comme étant la meilleure par la plupart des psychanalystes, les résultats demeurent malgré tout, très insuffisants. Quand on sait que les psychanalystes se sont eux mêmes formés sur ce principe, on ne peut rester que dubitatif. Pour d'autres formes mieux vaut avoir la possibilité de se trouver en face de son psychanalyste si besoin était. Il ne peut exister d'autres formes de règles que celle que seul le patient peut décider dans ce qui lui est offert, du choix de la façon où il se sent le mieux pour progresser dans sa recherche ; au psychanalyste de lui en donner l'éventail.

Encore une fois, certains ont pensé qu'ils ne seraient pas considérés psychanalystes si, comme Freud, ils n' avaient pas repris l'usage de son historique divan qui par ailleurs a fait déjà tellement couler d'encre qu'il n'est plus nécessaire de trop s'y attarder.

Que doit-on attendre de son psychanalyste :
- qu'il offre un local bien chauffé car bien souvent le corps se refroidit au cours de l'analyse autant que ce qu'il y est découvert refroidit l'envie d'y revenir.

que ce local soit aussi insonorisé pour déjà, ne pas subir les bruits extérieurs qui perturbent le travail et ensuite, pour préserver le caractère tout à fait confidentiel de ce qui y est dit.

que ce local offre aussi un lieu de détente ou chacun, suivant sa personnalité, puisse y trouver un certain confort dans un décor qui ne doit pas être uniquement à l'image des goûts du psychanalyste qui dans ce cas, seraient perçus comme une orientation. La simplicité du naturel convient à toutes les personnalités !

que le psychanalyste sache y dégager une certaine chaleur humaine ainsi qu'une confiance à toute épreuve dans sa capacité à savoir entendre ce qui lui sera dit. On doit y trouver la meilleure des relations que chacun dans sa vie, a toujours souhaitée sans jamais la rencontrer malgré les meilleures tentatives individuelles à la provoquer.

portrait_monsieur_Levette_Glavani

Je le dis encore ici : je suis et reste toujours plus triste que révolté de voir ce qui est advenu de la psychanalyse, de m’apercevoir que des personnalités comme Lacan, ont raté l'occasion de lui donner la place primordiale qu'elle mérite dans la résolution des plus grands problèmes de nos sociétés. On ne peut malheureusement qu'en être déçu ! Les théories et tous ceux qui veulent en élaborer de nouvelles, ne sont que les parasites qui ont rongés les racines profondes de la psychanalyse.

Image Portrait de Monsieur Levett et Mademoiselle Glavani assis sur un divan en costume turc - Auteur - Jean Etienne Liotard(1738-1741)- Domaine Public

Parmi eux, je n'hésite pas à citer la déclaration faite par un membre éminent de la société psychanalytique de Paris(SPP) lors d'un colloque réservé entre autres, aux personnels des établissements spécialisés dans l'accueil des exclus de la société. Voici ce qu'ont pu entendre, en clôture, ces personnes venues dans l'espoir de trouver des solutions qui pourraient les aider dans leur travail :

portrait_homme_nu

« - Mesdames, Messieurs, je vous rassure, il y aura toujours des handicapés ! ». Je vous laisse imaginer la douche froide ressentie dans la salle. Ces éminents psychanalystes n'ont jamais et ne comprendront jamais rien au problème mais continuent pourtant à débattre sans cesse sur le sujet du divan.

Image Jeune homme nu assis sur le bord de la mer -1855- Auteur Jean Hippolyte Flandrin(1809-1864)-Domaine Public

J'attire votre attention sur le fait que : bien que ne détenant pas toujours les outils nécessaires à leur mission, la plupart des psychanalystes restent profondément animés par le désir d'aider leurs patients dans leurs difficultés à vivre ou à trouver réponse à leurs nombreux questionnements.

Au risque d'être considéré prétentieux ou soupçonné de charlatanisme, je les invite malgré tout sur ce site à y chercher ces outils manquants. Nous y remettons en question l'utilisation des « associations libres » ainsi que les « conflits infantiles refoulés »