L'inconscient en psychanalyse


Psychanalyse - psychothérapie en ligne -thérapie de couple - 20€ la séance d'une heure

C'est par « ma » psychanalyse que j'ai pu retrouver la mémoire de ce que j'avais vécu dans l'enfance et surtout ses influences dramatiques sur ce qu'a été ma vie d'adulte.

Comment se déroule une consultation ?

evolution_humaine_du_singe_a_homme

Il est bon de partir des réalités incontestables pour en découvrir d'autres. Il faut bien reconnaître que les nouvelles technologies permettent à la science de progresser rapidement dans les découvertes qui mettent souvent à mal des idées reçues vieilles de plusieurs siècles, idées tellement ancrées qu'il est difficile de les remettre en question sans perdre certains repères indispensables à la compréhension des autres en général (philosophie) et de soi-même en particulier (psychanalyse).

Voir ce lien pour l'image

Par contre, qui n'a jamais cherché chez un nouveau-né, des ressemblances avec ses parents, phénomène qui ne date pas d'hier ! On ne manque pas non plus, d'associer ses comportements au caractère de l'un ou l'autre des géniteurs.

- Physiquement, à part les vrais jumeaux qui malgré leur ressemblance ne sont pas complètement identiques (voir épigénétique sur le net : le mystère des différences entre vrais jumeaux dévoilé), chaque descendant peut paraître complètement différent, déjà par leur sexe et ensuite par leur physique mais chacun possède une part d'ADN de ses géniteurs. Si le parfaitement identique n'existe pas n'empêche pas qu'il existe une multitude de points communs auxquels nul ne peut échapper, n'en déplaise à ceux qui s'estiment complètement différents.

freres_siamois_1860

- Psychiquement : s'il est de plus en plus possible, par du matériel de plus en plus sophistiqué (matériel d'analyse physique) d'apporter des réponses de plus en plus exactes sur le fonctionnement du corps humain (et autres), nous n'avons toujours pas trouver de moyen autre que la suggestion pour expliquer les comportements psychiques. Pour ma part, je pense que ce qui est au physique l'est aussi au psychique et vice versa. C'est à dire qu'un événement physique peut se retraduire sur le psychique et qu'un événement psychique peut à son tour se retraduire sur le physique. En exemple : on peut souffrir psychiquement d'une obésité mais on peut souffrir physiquement d'une obésité survenue après un choc psychique. Pourrait-il exister un ADN psychique immatérialisable ?

Lithographie 1860_ Chang and Eng Bunker - Auteur: National Library of Medicine -Domaine Public

Reste à se poser la question à savoir qui du physique et du psychique, l'un est le miroir de l'autre ? Si on part du principe qu'une maison ne saurait exister que parce qu’elle a été pensée on pourrait être tenté de dire que c'est le physique qui est le miroir du psychique ! Dans ce cas, qu'y avait-il juste avant le « bing-bang » ?

representation-cosmos-satellite-bing-bang

- pourquoi toutes ces questions ?: quand on pense à la somatisation physique sur les problèmes psychiques, somatisation dont on ne peut nier l’existence, on est en droit d'espérer que pour soigner le corps, il faut avant tout soigner l'esprit blessé mais là aussi l'inverse est pensable. Reste toujours à savoir qui des deux est apparu le premier. On sait aujourd'hui que la fonction d'un gène peut être désactivé ou réactivé sur l’influence d'un facteur environnemental. Quand ce gène est celui qui est censé protéger du cancer ou d'une autre maladie, il devient fondamental de trouver le facteur qui désactive la fonction du gène mais aussi celui qui est capable de le réactiver.

-WMAP satellite artiste représentation de la NASA (2004) Auteur: Tempshill -Domaine Public

Si dans les cancers, par exemple, on sait reconnaître les produits cancérigènes, on ne sait toujours pas pourquoi certains y sont plus sensibles que d'autres. Il en est de même dans les maladies contagieuses. Par contre, l'état psychologique de ceux qui y sont exposés semble être un facteur déterminant quand aux réactions (désactivation ou réactivation des gênes protecteurs). Est-ce suffisant pour en conclure que le psychique détermine le physique. Cela me semble trop réducteur mais pas tout à fait impossible dans bien des cas. Ceci pourrait apporter une réponse aux guérisons dites miraculeuses (entre autres rencontrées dans certains pèlerinages).

vol-de-ame-dans_le_ciel

Le Vol de l'Ame (1854) - Auteur: Louis Janmot (1814-1892) -Domaine Public

Physique et psychique peuvent-ils avoir existé séparément ? Ce qui est certain, c'est que par nos sens, il est difficile de reconnaître l’existence d'un psychique s'il n'est pas matérialisé physiquement (expression verbale, artistique, comportementale ? sexuelle et bien d'autre encore) malgré le fait que l'on peut en ressentir la présence que l'on tente en vain d'imager. Que d'efforts et de dépenses à explorer les planètes pour tenter d'expliquer notre existence alors qu'il suffirait d'unir nos efforts à s'explorer soi-même pour y parvenir. Deux solutions existent : partir de presque rien trouvé sur les planètes pour expliquer le presque tout que nous sommes sur la nôtre ou partir de ce presque tout pour retrouver le presque rien qui l'a permis. Faut-il beaucoup d'intelligence pour expliquer l'âme ou faut-il redonner à l'âme sa capacité à faire de nous des êtres enfin intelligents ? Descendre au plus profond de soi reste impossible si on veut utiliser l'intelligence pour y parvenir car il faut se déshabiller des connaissances acquises qui ne servent qu'à subsister dans le contexte où on vit ! En exemple, pour survivre seul sur une île, mieux vaut avoir des connaissances sur la faune et la flore que d'avoir son bac de philo !

reincarnation-image

L'existence de l'être humain que l'on considère le plus élevé dans la chaîne de l'évolution nous montre bien que du « tout » que nous avons voulu atteindre, on finit en rien : un malheureux cadavre voué à l’inhumation à la crémation, au pire, à l'immersion. Et pourtant, chacun ressent qu'il laissera derrière lui au moins une pensée, peut-être même un héritage physique (biens ou dettes), psychique (morale) et génétique (ressemblances corporelles, caractérielles, maladives, etc.). S'il est facile d'observer les ressemblances corporelles entre un individu et ses géniteurs directs ou avec ses lointains parents (nez de l'arrière grand père, yeux de la mère, etc...), il est permis de penser que parmi ces mémoires, d'autres moins flagrantes puissent exister. Dans ce cas, on pourrait se poser des questions sur ce qui est souvent considéré comme des événements vécus dans des vies antérieures. Ne serait-ce pas là aussi la manifestation de vécus génétiquement mémorisés. Sans rien enlever à l' « étrange », la question mérite d'être aussi posée.

Voir ce lien pour l'image

Si la recherche scientifique a encore beaucoup à faire dans ce domaine, les résultats ont toujours l'avantage de pouvoir nous sortir des confusions et de l'exploitation qui ont été faites sur notre ignorance : religions, morale, travail, hiérarchie, droits et devoirs, etc..Plantez un gland, il ne poussera pas ni un poireau, ni un pommier, ni un animal, ni un être humain (malgré que le chemin de sa naissance passent aussi par un gland ! La graine contient génétiquement ce quelle devrait devenir si le terrain, le climat et le contexte lui sont favorables. Il en est de même pour l'ovule humaine fécondée.C'est bien là et uniquement là que le mot « destinée » prend tout son sens !

abbaye_dans_foret_chenes

L'Abbaye dans une forêt de chênes (1810) - Auteur: Caspar David Friedrich (1774-1840) -Domaine Public

Bien que le sujet est très complexe, je vais tenter en quelques mots et comparaisons, d'expliquer un peu ce qu'est cette destinée dont tout le monde parle. Revenons à notre gland qui a germé en terre ! Il n'aura de cesse que de poursuivre ce à quoi il est génétiquement destiné, quelque soit le milieu où il pousse. Au pire, ce milieu peut lui être fatal (sentier où il sera piétiné, sécheresse, mauvaise terre, pollution, etc.). C'est bien là qu'on mélange fatalité et destinée. La destinée est ce qu'on est appelé à devenir (l'application du programme génétique), la fatalité est ce qui pourrait l'arrêter (même les dictionnaires s'y trompent !). Vivre c'est poursuivre sa destinée, survivre c'est lutter contre une fatalité imminente! Quand on le peut, pour éviter à ne devoir que survivre, mieux vaut changer de contexte et trouver le terrain propice à réaliser sa destinée. Ce n'est pas permis au petit chêne qui a été piétiné plusieurs fois ; afin de poursuivre sa destinée dans ce contexte, si sa constitution génétique le permet, il saura se redresser et bien que tordu, il continuera de pousser. Toutes entraves à la destinée de chacun laissent des séquelles qui peuvent modifier les caractères utilisés pour la suivre. Le plus calme peut devenir agressif, le plus généreux : un véritable rapiat, le plus droit : un infâme tordu, etc., et inversement car tous les chemins lui sont bons.

Tout ceci est un vaste sujet, comme bien d'autres sujets, à moi seul, je n'aurais jamais assez d'une vie pour en venir à bout !

A suivre