Suis-je victime d'un pervers narcissique


Psychanalyse - psychothérapie en ligne -thérapie de couple - 20€ la séance d'une heure

C'est par « ma » psychanalyse que j'ai pu retrouver la mémoire de ce que j'avais vécu dans l'enfance et surtout ses influences dramatiques sur ce qu'a été ma vie d'adulte.

Comment se déroule une consultation ?

Suis-je victime d'un pervers narcissique?

La question est aussi grave que le titre, c’est votre avenir qui est en jeu !

Nous parlerons ici du pervers narcissique et non de la perverse narcissique, bien que de nombreux points communs existent.

Les constatations :

Je ne supporte plus la personne avec qui je vis, bien que j’aie encore des sentiments pour elle. Je ne supporte plus ses injures toujours de plus en plus fortes et fréquentes. J’ai peur qu’il en vienne aux coups ! Ma vie devient un véritable enfer alors qu’il me semble qu’il suffirait de peu pour que tout change !

Pourtant, quand je l’ai connu, c’était un gars formidable ! Toujours présent à mes appels, toujours très gentil, il était le seul à savoir m’écouter ! Il me comprenait ! Très avenant, il me comblait d’encouragements, de félicitations. En plus, il était tout ce que j’aurais voulu d’un père, le parfait confident ! J’avais l’impression qu’il me respectait énormément ! Le type idéal ! Tant et si bien que j’en suis tombée amoureuse malgré quelques doutes sur la nature de mes sentiments ou des siens. Petites obscurités venues de je ne sais où, mais qu’il savait effacer par ses convictions qu’on était fait pour se rencontrer.

A réfléchir, je crois maintenant que mes doutes apparaissaient quand je lui demandais de parler un peu de lui-même. A l’entendre, avant moi, il avait vécu une relation douloureuse qui suivant, sa description et l’image qu’il me laissait de lui, je ne pouvais penser autrement qu’il avait été la victime d’une personne qui avait abusé de ses qualités humaines, ça semblait lui faire plaisir ! Quand il parlait de sa vie professionnelle, il se plaignait de n’être entouré que d’incompétents qui ne pensent qu’à leurs avantages personnels. Mea-culpa, à mon bénéfice, j’ai pensé qu’il irait loin dans sa carrière professionnelle ! Je sais qu’il a senti ma pensée ! Grave erreur ! à sa réaction, j’ai compris qu’il commençait à se donner tous les droits sur moi.

Tant qu’on en était au stade de la fréquentation, tout semblait presque parfait, mis à part quelques petits signes de jalousie ici et là, signes que je prenais pour des sentiments amoureux. Je crois que tout à commencé à vraiment changer quand on s’est mis en vie commune.

Petit à petit, il a démonté ma façon de penser, il m’a imposé les siennes avec toutes ses convictions. Que cela soit mes amis ou ma famille, il démonte tous sentiments que j’ai pour d’autres personnes en me prouvant par A+B que ces personnes abusent de moi. Il est tellement convainquant que je ne sais plus quoi penser ! Me voir heureuse dans le peu qui me reste, lui devient suspect.

Quand je lui résiste pour ne pas devenir folle, il rentre dans des colères pas possibles ! au début, j’étais une conne, puis une salope, puis une garce, une putain, une truie, et j’en passe ! Il a tellement usé de ce que le vocabulaire lui permet, qu’il en vient à me montrer son poing. J’ai de plus en plus peur ! tellement peur que je fais tout pour éviter ses colères. J’y perds toute ma personnalité ! Je n’ai plus confiance en moi ! Il me met le cerveau à l’envers ! Je deviens sa serpillère sur laquelle il vient s’essuyer les pieds.

Il doit bien me rester un peu de conscience car j’arrive dans un coin de ce qui me reste de cerveau à l’appeler « machin » quand je constate que « machin » ne se calme que quand il me voit complètement effondrée.

Il y a des fois ou j’ai envie de mourir, surtout quand nous rencontrons la famille ou d’anciens amis. Il devient tellement mielleux avec moi, qu’il arrive à se faire passer pour une personne de grand mérite de pouvoir vivre avec une personne telle que moi, dans ce que je suis devenue,une grande dépressive difficile à vivre, jamais satisfaite ! Ils sont loin de se douter qu’il en est la cause ! C’est un manipulateur hors pair ! Je sombre, je sombre !

- « machin » est tout ce qui me reste de lucidité. Je le perds chaque fois que je tente de résister à mon empathie qui réapparaît quand je crois avoir repris confiance en moi quand je le quitte et qu’il m’appelle en pleurant qu’il va se suicider ! Je craque ! Dans ces instants , j’ai en face de moi quelqu’un qui souffre énormément ! Un véritable enfant ! J’en oublie tout son comportement et chaque fois je me fais avoir ! Je le laisse revenir et tout recommence à nouveau !

Et encore ! je ne parle pas de sexualité ! Non contente d’y laisser ma tête, j’y ai laissé mon corps ! Comme il dit, je suis coincé par les tabous ! Je n’arrive pas à vivre mes fantasmes ! Vu que je ne trouve que très peu de fantasme en moi, il me les invente et j’y crois ! C’est comme ça que je découvre de nouveaux plaisirs jusque là inconnus, les plaisirs qui sont les siens. Cela ne serait pas grave s’il ne me traitait pas ensuite, de véritable salope ou perverse ! Le pire c’est qu’il met ça sur la place publique ! Il me grille sur tous les plans !

Dans la vie quotidienne, « machin » ne sait rien foutre de ses dix doigts, d’ailleurs, les travaux manuels, c’est pour les cons. Cela ne l’empêche pas de se lover dans le canapé et critiquer tout ce que je fais. Ce n’est jamais assez bien, il trouve le détail qui anéantit tout le reste. Il est incapable d’une quelconque félicitation ni d’encouragement !

Jusque là, j’ai su lutter pour que « machin » ne me démonte pas dans ma carrière professionnelle malgré tous les efforts qu’il y met. Combien de temps encore ? Comme que je m’habille, je suis une putain qui veut y arriver avec son cul ! Il fait tout pour que je me fasse virer, jusqu’à tout faire pour que chaque matin, j’arrive en retard au travail ! C’est infernal !

Le pire du pire, c’est qu’il est presqu’arrivé à me faire croire que sans lui, je ne suis plus rien !

Nul doute, vous vivez avec ce qu’on appelle un pervers narcissique ! Si c’est dommage de ne pas vous en être aperçue plus tôt, rien n’est encore perdu ! Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! D’autres y ont laissé leur vie, c’est très grave ! N’attendez plus de lui, une quelconque empathie, il n’en a pas ! N’attendez pas qu’il se mette un instant à votre place dans ce que vous subissez, n’attendez pas qu’il puisse avoir conscience du mal qu’il vous fait, il n’en est pas capable ! C’est une réalité qu’il vous faut accepter ! Il faut en prendre conscience avant de sombrer dans une grave dépression qui peut amener au suicide ! Nous savons de quoi nous parlons ! Le pervers narcissique, le manipulateur, sont les manifestations de l’égocentrisme qui est une maladie au même titre que la schizophrénie, la psychopathie ou les troubles obsessionnels compulsifs auxquels on pourrait facilement les associer. Il est important que les personnes qui vivent avec, en prennent conscience pour éviter d’en être les victimes. Pour exemple : si on vit avec un psychopathe sans le savoir, on cherchera toujours en soit, les raisons aux coups qui nous sont portés tant et si bien qu’on y laissera notre propre personnalité jusqu’à ne devenir qu’un légume et lui donner ainsi d’autres raisons de nous frapper.

Comment s’en échapper : Il faut premièrement, déjà prendre conscience que la perversion narcissique est une pathologie ! C’est une réalité ! Les souffrances qu’ils vous infligent ne sont en réalité qu’une réponse, le remède à leurs propres souffrances ! Si vous ne sombrez pas, ce sont eux qui sombrent ! Il n’y a pas d’alternative ! Si on comprend ça, on ne peut plus se sentir en être victime ! Si vous aimez personnellement une personne perverse narcissique, ce n’est pas en devenant sa victime que vous pourrez l’aider. Que vous veniez à vous suicider ne changera en rien son comportement. Il n’aura aucun scrupule et votre suicide ne servira qu’à lui donner les meilleurs atouts pour continuer ailleurs ! malheureusement, nous en parlons aussi en connaissance de causes.

L’impossible vous l’avez déjà fait, nul n’est tenu au miracle !

Que faire ?

Cent soixante femmes par an meurent de violences conjugales en France, ça laisse perplexe sur le nombre de femmes battues non déclarées! Les viols avec ou sans meurtre en font certainement partie, pire, les enfants martyres sont souvent les victimes du couple où tous deux sont égocentriques.

Est-ce que ça vous parle ? Il ne faut pas prendre le problème à la légère ! Il faut dénoncer votre situation à votre propre entourage, dans le sien, tout en vous protégeant de ses réactions en vous réfugiant dans la famille ou en demandant de l’aide aux organismes nouvellement créés ! Etre victime n’est pas une honte ! Chacun peut se tromper ! C’est humain !

Dans une vidéo prochaine, nous parlerons des tourments du pervers narcissique. Ne peut être vraiment pervers que celui ou celle qui, dotée de l’empathie naturelle que nous possédons tous, aurait un comportement pervers volontairement et consciemment choisi. C’est rarement le cas chez l’égocentrique !

Maigret/Demierre Lucette&Eric Pychanalystes spécialistes du comportement.