Comprendre les rêves-Freud-introduction -formation

Bonjour à tous !

Cette vidéo est l'introduction incontournable à toute une série d'autres vidéos prochaines qui devrait vous permettre d' analyser vos propres rêves. Elles sont tirées des résultats de nos études et expériences personnelles commencées depuis janvier 2000. Bien qu’il n’est pas question de psychologie dans cette étude, il est à noter que Freud a écrit que l'analyse des rêves est la voie royale qui mène à l'inconscient ; nos futures vidéos devraient vous permettre d'utiliser cette voie ! Les résultats sont plus qu'impressionnants.

Pour commencer, une petite parenthèse qui peut déjà interpeller 



- Depuis la nuit des temps, les rêves ont toujours intrigué les humains. A ce sujet l’église catholique a imposé à Napoléon, de faire voter une loi en 1832 interdisant toutes études sur les rêves, loi qui ne fût abrogée seulement qu’en 1992 . Quels secrets peuvent cacher nos rêves ? Nous vous ferons les découvrir !

- Le rêve n’appartient pas qu’à l’espèce humaine. Les animaux n'en sont pas exempts. Si vous n’avez pas d’animaux à observer, Internet regorge de vidéos sur le sujet. Si rêver est une fonction naturelle, utiliser les rêves pour atteindre ce qui il y a de plus sacré en soi, est une possibilité réservée aux plus téméraires capables d’affronter l’inconnu.

- Ce qui est maintenant important de retenir, c’est que les rêves sont construits sur les informations reçues par nos cinq sens et qu’entre autres, les personnes aveugles, daltoniennes ou sourdes de naissance, ne rêvent pas comme tout le monde. Les images, couleurs et sons, suivant les cas, n’existent pas dans leurs rêves sous la forme que l’on connaît mais cela ne leur

- enlève rien à la capacité d’imagination et de création qui se manifeste à notre insu dans les rêves, création qui échappe à la censure, contrairement à certains rêves éveillés que l'on soumet inconsciemment à notre auto-censure avant même qu'ils apparaissent! C’est la peur de certaines pensées jugées dangereuses qui en oblige le refoulement ! Mais refouler ne veut pas dire supprimer ! il serait mieux de les analyser !

Si nous mémorisons tous ce qui est perçu par les sens : odeurs, sons, images, goûts et sensations nous mémorisons surtout les émotions que ces informations déclenchent !

- Tout ce qui est perçu par les sens peut être générateur d’émotions d’intensité plus ou moins grandes, plus ou moins bonnes suivant le contexte de chacun et surtout en fonction de ce qu’il a déjà en mémoire. C’est à retenir pour comprendre nos rêves !

Les recherches en science neurologique ont permit de définir et localiser plusieurs formes de mémoire dans le cerveau ; d’ailleurs, il suffit de s’observer un peu pour constater les différents mouvements qui se passent dans la tête quand on a besoin de réfléchir. Hormis certains rêves bien particuliers qui ne manqueront pas de nous bouleverser, tels que les rêves prémonitoires, la plupart sont issus de ce que nous avons en mémoire.

A l’heure actuelle, on sait déjà distinguer plusieurs types de mémoire, on retiendra :

- La mémoire dite de travail ou mémoire à court terme : les souvenirs y sont vite effacés quand elle ne trouve pas d’écho dans les autres mémoires qu’elle consulte en un temps record, dans ce cas, les données perçues disparaîtront en quelques secondes . Au quotidien elle est centrale dans notre système ! Sans cette élimination, notre cerveau, bien qu’hyper performant, ne résisterait pas à l’accumulation de toutes les données perçues par nos sens, seconde par seconde, jour après jour, années après années. Pour exemple, pourrait-on emmagasiner tout ce que nos oreilles et nos yeux ont reçu au cours d’une journée ? C’est souvent dans cette mémoire que sont placés nos rêves dès le réveil ! Ceci explique que la plupart du temps, on ne s’en souvient pas, pire, on peut même croire qu’on ne rêve pas ! Je vous rassure, suffit de se trouver un intérêt à s’en rappeler pour que leur contenu soit stocker dans une autre mémoire.

- La mémoire dite sémantique ou mémoire du savoir : elle retient toutes les connaissances accumulées au cours de notre vie telles que le vocabulaire, les mathématiques, les techniques, les lois, toutes formes d’informations et affirmations collectives ou familiales et bien d’autres encore. . En connexion étroite avec la mémoire procédurale, elle est à l’origine de ce qui devient des symboles qui permettent par exemple d’associer le serpent à la sexualité ou l’image de dieu à la toute puissance, le nid d’oiseau à la maison, etc., etc., symboles souvent utilisés dans la construction du rêve, nous protégeant ainsi de l’apparition directe de certains souvenirs indésirables, voir tellement insupportables qu’ils doivent rester enfermés (dans ce cas c’est souvent des cauchemars qui apparaissent).

- La mémoire épisodique : comme son nom l’indique, elle a tendance a gérer la raison de dissoudre certains souvenirs devenus inutiles ou inadaptés. Elle permet aussi, par exemple de se souvenir des dernières vacances, des travaux anciens ou en cours , de certaines rencontres, etc. Elle permet ainsi d’envisager des projets d’avenir, d’éviter certaines situations, etc. Elle contribue aux choix, aux orientations, aux points de vue, etc…

- La mémoire procédurale, appelée aussi mémoire des automatismes: elle permet de ne pas réapprendre ce qui est acquis comme savoir marcher, manger, parler, nager, respirer, etc.…Elle permet de gagner du temps sur le temps nécessaire aux réflexions et aux actes indispensables à nos autres occupations, tel qu’apprécier un bon repas et aussi aux préoccupations tel que trouver un bon travail qui permettra d’acheter ce repas. Si cette mémoire n’a pas beaucoup d’influence directe sur le contenu des rêves, elle commande l’obligation de rêver pour sauvegarder notre équilibre mental !

- La mémoire perceptive : elle a une importance cruciale dans la façon dont on va gérer les événements de la journée. C’est la mémoire la plus difficile à cerner, tant scientifiquement que psychologiquement. Comme son nom l’indique, elle est liée aux perceptions notamment celles qui arrivent par les 5 sens mais pas seulement ! Elle contient entre autres, tout ce qui a participé au déclenchement des émotions, bonnes ou mauvaises (la joie, la peur, l’angoisse, la plénitude) ! Une caresse ou une gifle, des yeux tendres ou un regard méchant, des paroles douces ou injurieuses, un parfum ou une puanteur, n’en sont que des exemples ! Il ne faut pas perdre de vue que toutes émotions génèrent des sentiments telles que la compassion, la haine, l’amour, la rancœur, l’indifférence, le désir, le rejet, l’adoration, etc.…

Sans les sens, on n’aurait aucune connaissance, aucune émotion, aucune réaction, aucune expression, aucun sentiment et rien ne pourrait prouver notre propre existence. Nous ne serions que pensée sans substance, sans reflet, sans contradiction, sans mouvement et sans vie.

Ce qui rentre par les sens est générateur d’émotions

Cette mémoire perceptive contient aussi nos souvenirs les plus lointains, tous ceux qui sont chargés de fortes émotions bonnes ou mauvaises. Nous pouvons, par expérience affirmer que l’on peut en retrouver certaines qui datent de la gestation et plus encore !

Nous ajouterons à ces mémoires, la plus importante à nos yeux, celle que nous avons découverte au cours de notre étude en utilisant les contenus de nos rêves et que nous appellerons : la mémoire verrouillée.

Cette mémoire est en lien directe avec ce que nous avons de plus sacré en soi. C’est la plus inaccessible !

Elle est le sujet de notre deuxième vidéo sur l’étude des rêves, intitulée « du rêve au sacré », nous vous invitons à la découvrir ainsi que notre site www.inconscients.com sur le lien « les rêves ».

Merci de nous avoir écoutés, à bientôt !