Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

Options supplémentaires

 CopyrightFrance.com

Tous mes remerciementsà la communauté logo_zozor

d'OpenClassrooms
et en particulier à Mathieu Nebra

Tous mes remerciements à la communauté alsacreations

d'Alsacréations
et en particulier à Raphaël Goetter et Rodolphe Rimelé,

cascade

oiseau_bruant_proyer

plante_sabot_de_la_vierge

amiral_arthemis-papillon

sisyrinchium_montanum_plante

Commons licenceCC-BY-SA par auteur : Matthieu Gauvain

Maigret Lucette - Demierre Eric

« Si la nature est à l'origine de l’existence humaine, elle sait aussi vivre sans elle, l'inverse reste impossible. » Lucette & Eric

autoportrait_van_gogh

Les Inconscients

Avant : mieux vaut rester naturellement inconscient que d'être à nouveau « psy - canalisé », déjà que certaines formes d'éducation ont largement contribué à la construction des premières canalisations ! Maintenant : dans l'urgence, mieux vaut réparer par des soins naturels, les blessures causées dans l'avant. La nature est généreuse pour qui sait l'observer et l'utiliser. Désirer entreprendre une psychanalyse est une chose, trouver le psy qui saura accompagner, en est une autre. Dans tous les cas, les soins ne doivent pas embrumer le cerveau au cours de l'analyse (exclure si possible les psychotropes et autres drogues).

tableau_rembrandt-anatomie

La Psychanalyse

Il serait bien que certains psychanalystes prennent en considération ce qui suit : en début d'analyse,il est bien normal que le patient puisse parler de ce qu'il vit, de ce qu'il a subi et de ce qu'il subira encore, de s'en plaindre ou de s'en défendre. Passé ce temps, il faut encourager ce patient à s'interroger sur les émotions qui le submergent dans les situations qui lui sont difficilement acceptables, l'encourager à toujours se poser la question «  pourquoi me font - elles tant souffrir alors que ces mêmes situations semblent n'avoir aucun impact sur d'autres personnes ? ». Tout psychanalyste ne peut rester sans savoir que l'origine des causes de ces émotions se trouvent dans le passé souvent oublié du patient... La Psychanalyse

tableau_cauchemar_füssli

Les rêves

Les explications du rêve s'échappent difficilement du fantastique par son étrangeté même et sa fréquence régulière. Et pourtant, lorsque nous savons les interpréter, les rêves deviennent les " réveils " de la mémoire face à l'amnésie infantile qui ne manque pas de résister. Amnésie jusque là, garante de l'espoir qu'il existe un présent et un avenir différents et surtout meilleurs que celui, si destructeur, si traumatisant,pour certains qu'on doit s'obliger à ne plus y penser !

tableau_siegfried-mort-en-reve

Les Rêves Prémonitoires

Il existe des rêves dit « prémonitoires » Il est certain que pour étudier ce phénomène, il faut pouvoir avant tout, se débarrasser des informations toutes les unes un peu plus farfelues que les autres, amalgamées en mémoire au cours des années et qui polluent la réflexion, ce n'est pas simple ! Les rôles des rêves sont certainement moins incohérents que les informations qui les ont déclenchés. Par la dissection sincère, honnête (envers soi) et méthodique des éléments qui constituent le rêve.

 

dessin_titanic_qui_sombre

Pressentiments

On peut s'apercevoir qu'il n'y existe rien d'autre que ce que nous avons en mémoire. Le cerveau humain à de telles capacités, qu'il est facile de comprendre que la plupart des prémonitions est le fait d'une analyse, souvent spontanée et tellement juste, entre ce qui est, ce qui a été et ce qui peut en advenir. Nous conseillons d'ailleurs à tous ceux qui ont des « mauvais pressentiments» de contacter les personnes qui en sont concernées, car ce qui est senti est juste par rapport

tableau_femme_coucher_soleil

Thérapies-Formations

Aimer est l'aboutissement de soi-même aboutissement que chacun désire . La particularité du rêve que tu t'en souviennes ou que tu t'en souviennes pas , c'est l'expression du conscient sous forme déguisée puisqu'il serait trop difficile d'être vraiment conscient en permanence, on s'aperçoit très vite qu'entre la naissance et la mort , tout ce qui se passe dedans n'est qu'un gaspillage de ce que le conscient voudrait.L'humain est un grand curieux de nature ce qui permit son évolution par les découvertes qui découlèrent des observations. 

tableau_livres

La Phytopsychothérapie

Trop souvent, nous nous faisons ou contractons inconsciemment les maladies que nous connaissons, soit dans l’entourage, soit pour les avoir subies au moins une fois, soit pour en avoir été informés. Qui n’a jamais été subjugué à la lecture de certains ouvrages médicaux par les symptômes définis ? Au point de ressentir ces symptômes et d’avoir peur d’attraper la maladie concernée ! C’est suggestif ! Ceci prouve bien l’influence du psychisme sur le développement ou non de la maladie et l’intérêt tout particulier qu’il faut lui consacrer. La parole peut contribuer énormément aux soins des maladies tout aussi fortement que certaines paroles peuvent les déclencher (ce que tu me dis me rend malade ! Il me rend malade ! Etc.)

tableau_nature_morte

Plantes Médicinales

C'est bien reconnu, le plus lointain de nos ancêtres était avant tout végétarien. Avant de pratiquer la culture, il se nourrissait en glanant ici et là, ce qu'il sentait bon, pour s'apporter ce qui lui était, et reste encore aujourd'hui, indispensable pour sa survie. Quand il n'y avait pas la quantité, il utilisait la diversité. Sans ses connaissances naturelles, il y bien longtemps que le genre humain aurait disparu de la planète. 

photo_sachetsplantes

Aromathérapie

Qui pourrait affirmer que jamais plus on n’aura l’obligation un jour de reprendre la bêche pour de nouveau jardiner afin de garantir son repas ? Combien de fois avons-nous frôlé, sans le savoir, le krach boursier, le conflit nucléaire ou social qui paralyserait toutes possibilités de commerce et d’approvisionnement ? Nous vivons dans un système d’inter dépendance dans une inter mondialisation qui n’a que quelques décennies d’existence. Comparer cette période à celle de l’existence de l’être humain ne peut que faire prendre conscience qu’il est dangereux de croire que nous sommes maintenant à l’abri de tout ! De plus, la difficulté aujourd’hui, de trouver les plantes indiquées, bien que très communes il n’y a pas quarante ans (j’en suis témoin) n’est pas s’en nous rappeler les dégâts de nos « civilisations modernes» sur la nature.

Il faut cueillir ses propres plantes pour prendre conscience de ce qui est déjà une catastrophe écologique que rien ne semble pouvoir enrayer !

Il nous est apparu important de retranscrire, avant totale disparition des livres anciens, l’usage des plantes dans le traitement des maladies en y apportant aussi les définitions médicales actuelles ainsi qu’un apport psychanalytique personnel, succinct.