Des souvenirs oubliés reviennent- psychanalyse-thérapie brève


interprétation des rêves en ligne - psychanalyse en ligne -thérapie de couple - 20€ la séance d'une heure

C'est par « ma » psychanalyse que j'ai pu retrouver la mémoire de ce que j'avais vécu dans l'enfance et surtout ses influences dramatiques sur ce qu'a été ma vie d'adulte.

Comment se déroule une consultation ?

cinq_sens_toucher

On parle toujours de cinq sens physiques : la vue, l’odorat, le touché, l’ouïe, le goût se retrouvent dans les rêves. Comment se fait-il qu’ils puissent apparaître dans les rêves sans qu’ils soient sollicités ? Si chacun reste persuadé qu’il doit en exister d’autres, ces cinq sens sont malgré tout bien admis.

Les cinq sens - Toucher- - Auteur: Hans Makart (1840-1884) -Domaine Public

Un rêve pourrait-il exister sans eux ? Un rêve sans images, sans sons, sans paroles, etc., ne peut ressembler qu’aux instants où on ne rêve pas pendant le sommeil ! Sommes nous sans activités alors que le corps continue de vivre où sommes-nous dans un autre état qui nous est impossible ou interdit de se rappeler ? Le rêve dans ce cas, en serait-il la résurgence ou son gardien ? Passage obligé entre cet état et la vie physique ? Peut-on se réveiller sans ce passage ? Si court soit-il, il existe même dans les réveils les plus brutaux !

Cinq sens physiques = cinq sens psychiques ? Qui sont à l’image des autres ? « Voyons » « voir » « ça » :

Je vois ton corps…………Je vois un bonheur !..............je vois ce que tu veux « dire »
Je sens ton parfum……….je sens ce que tu cherches !.....je ne sens pas ce que tu « dis »
Je touche ta main………… … je touche au but !..................je suis très touché
J’entends ton cœur………….. j’entends ton cri sourd !……je m’entends avec toi
Je déguste ton repas………je déguste en ce moment !… je ne suis pas prêt de l’avaler

cinq_sens_entendre

Il est difficile de nier l’évidence d’au moins deux éléments bien distincts, le corps physique qui sait par exemple souffrir et se réparer lui-même de la blessure occasionnée par un autre élément physique tel qu’une épine (plus une mémoire qui contiendra les conséquences de l’événement pour prévenir la répétition : épine=danger) et un élément psychique qui souffrira tout autant de cette blessure si elle est infligée avec l’épine par un autre élément psychique. Blessure physique infligée à l’aide d’un élément physique par lequel on veut atteindre ou soumettre le psychique ! Un troisième élément existant apparaît, il prendra en considération la situation sans toutefois réagir mais saura s’en prémunir en renforçant les défenses du psychique qu’il dû mettre en place pour se protéger, tout comme le physique doit renforcer ses défenses immunitaires et réflexes mis en place pour se réparer, se protéger.

Les cinq sens - Entendre- - Auteur: Hans Makart (1840-1884) -Domaine Public

Que la douleur soit au physique où au psychique, les réactions de ces deux éléments se manifestent dans un endroit commun (réceptacle de la souffrance), qui soit renverra les symptômes à leur origine, physique ou psychique ou à l’inverse, ce qui était du physique renvoyé au psychique (maladie mentale) ou ce qui était du psychique renvoyé au physique (maladies corporelles), soit à l’extérieur sur un autre physique ou psychique, générateur ou pas du problème (extérieur qui ne manquera pas de réagir à son tour).

Physiques ou psychiques ou dans les deux réunis, les moments de véritables bonheurs sont sacrés, il n’est pas question d’y toucher ou de tenter les expliquer dans ce livre. Y a t’il seulement une explication à formuler ? Il en est de même pour les véritables souffrances ! Entre ces deux extrêmes, il existe une plage ou chacun peut s’exprimer.
Nous ne parlerons pas, ou très peu, de ces rêvesqui apportent tant de plaisir au lever qu’on regrette de s’être réveillé mais avant tout des rêves qui interpellent.

cinq_sens_vue

Si en général il n’est pas porté de jugement sur la personne par rapport au rêve qu’elle à fait (on dit bien j’ai « fait » un rêve : c’est à retenir), suivant le type, il faut, tout de même rester très prudent quand au choix de la personne avec qui nous voulons l’analyser. En effet, il serait délicat dans certains cas de dire à sa  moitié, « -j’ai rêver que je couchais avec ton meilleur ami ! », il risque plus de l’interpréter à sa manière que vous aider à l’étudier.

Les cinq sens - Voir - - Auteur: Hans Makart (1840-1884) -Domaine Public

Le rêve est pensé (plus que réfléchi) mais, nous le rappelons, il serait vide de toute scène s‘ il n’avait pas avant tout la connaissance physique du matériel qui s’y trouve (images, sons, odeurs, couleurs, toucher…), support indispensable aux émotions qui s’y manifestent.

Pour exemple :
Si on vous demandait de vous exprimer par un film dont la scène principale serait un repas de famille, que feriez-vous ? Vous contenteriez-vous de filmer le premier repas rencontré, pris à la « sauvette » et de placer votre caméra de façon à n’avoir qu’une vue d’ensemble ?
Dans ce cas, vous sentez bien qu’il serait difficile d’y faire paraître les émotions toutes personnelles que vous aimeriez faire passer chez le futur spectateur.

Dans l’inverse, vous vous appliquerez à construire les dialogues, à choisir les acteurs, les costumes, le lieu, le décor, l’époque, les prises de vues et de sons etc.…, mais vous resterez toujours très attentifs à n’y laisser paraître que ce que le spectateur est capable de recevoir, d’accepter, d’assimiler, de comprendre. Pour les protéger, jamais vous n’oserez tenter y mettre la totalité de vos pensées.

cinq_sens_sentir

Imaginez maintenant qu’on vous oblige sous la menace, à faire ce film et d’ y mettre la réalité de toutes vos pensées pour y être soit jugées, soit refusées comme étant fausses (ce qui est le pire !).
Que feriez vous sinon d’y mettre un bout de ci et de ça pour le rendre tellement incohérent qu’il serait presque impossible d’y détecter une pensée quelconque, une réalité aussi, (à part celle de paraître débile, qu’importe, pourvu qu’on ne s’y perde pas !) Presque ne veut pas dire totalement.

Dans le rêve, c’est un peu pareil, sauf que le spectateur, c’est soi-même !


Les cinq sens - Sentir - Auteur: Hans Makart (1840-1884) -Domaine Public

C’est dans l’écart qui est entre le presque est le totalement qu’il est possible d’entreprendre son analyse. Vous comprenez tout l’intérêt qu’il faut apporter aux moindres détails, s’y accrocher, en chercher les origines dans nos mémoires(souvent les plus lointaines).
La première réaction devant un détail et de se dire : « -non-non, ça ne me dit rien, s'il y a, je ne m’en rappelle pas ! ». L’envie de passer à un autre détail ne manque pas, mais malheureusement, nous buterons dessus aussi et ainsi de suite jusqu’à décourager et abandonner l’analyse. Il ne faut pas laisser sans réponse les questions que nous nous posons sur un détail, qu’elle paraisse farfelue, débile ou pas, qu’importe, c’est la nôtre, il faut le prendre en considération pour venir à nouveau se poser des questions sur les détails contenus dans cette réponse et ainsi de suite jusqu’à cette envie de fuir qui risque bien d’arriver dans ce qui se dessine dans une mémoire maintenant entrouverte.

Si nous sommes seuls dans l’analyse, il est presque certain qu’à ce stade, si téméraires sommes-nous, nous passerons vite à une autre occupation pour faire diversion à ce qui apparaissait. C’est normal, nous y reviendrons.

Il est donc important, quand c’est possible, de se faire accompagner dans ce travail, une personne de toute confiance, surtout intéressée, elle aussi, par cette recherche. En quelque sorte, une aide réciproque est plus que souhaitable.

cinq_sens_goûter

La personne doit accompagner et non diriger, imposer, juger, ou expliquer. Elle doit écouter et tenter de maintenir l’analysant dans la phase déjà atteinte, par de brèves paroles telles que : «  que vois-tu ?, que sens-tu ?, où es-tu ?, qu’y a-t-il ?, qui est présent ?, grand, petit ?, quelle couleur ?, ne t’échappes pas !, reviens… ! » , paroles appropriées à l’instant ! .

Le comportement de l’analysant peut devenir très impressionnant, l’accompagnant devra savoir arrêter l’analyse avant d’être lui-même pris de panique. A ce stade, ce n’est pas un jeu, c’est une recherche sérieuse qui peut amener la personne à revivre avec toute son intensité, une situation vécue et oubliée. Si elle n’avait que deux ans dans la situation, l’accompagnant aura devant lui un enfant dans un corps d’adulte, avec ses cris, ses pleurs, sa voix, sa peur.

Les cinq sens - Goûter - Auteur: Hans Makart (1840-1884) -Domaine Public

Il faut penser à bien s’installer avant d’entreprendre une telle analyse, un salon me semble être le mieux approprié.

Le travail individuel n’est pas inutile, il déclenche bien souvent de nouveaux rêves toujours plus riches d’informations qu’il ne faudra pas négliger. Des souvenirs oubliés reviendront, il ne faut pas douter de leur contenu. Si c’est encore possible, vous pourrez les contrôler en questionnant les personnes qui en ont fait partie. Ne soyez pas surpris d’y entendre des contradictions, c’est très fréquent, leurs virulences ne pourront que confirmer la véracité de vos souvenirs. N’en doutez pas, faites-vous confiance, ne retombez pas une seconde fois dans la confusion où on vous avait enfermé !

«  Tout le monde n’a pas vécu des situations difficiles et pourtant tout le monde rêve » va-t-on nous dire. Vous conviendrez peut-être qu’il est des gifles ou des humiliations qui font plus de dégâts chez un enfant qu’un KO chez un boxeur, tout dépend des conditions et des intentions. C’est aussi valable pour l’adulte !