Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

 CopyrightFrance.com

Options supplémentaires

Ce que contient principalement notre livre :

couverture_livre

- L’étude de quelques 60 plantes médicinales existant dans la plupart de nos régions, leurs usages dans les soins,
A lire

Voir Boutique

couverture_livre

- L'étude de quelques 26 huiles essentielles : les précautions d'emploiVoir exemple Romarin

pages_livre

- L'étude de quelques 96 maladies. Pour chacune d'elles : définitions médicales actuelles, plusieurs traitements (détaillés) par les plantes médicinales suite

Voir Boutique

Ce qui nous en a été souvent rapporté : « c'est la première chose que je consulte quand je suis malade », « je l'ai toujours à portée de main », « même si je n'utilise pas toujours les traitements, il m'est rassurant de savoir qu'il existe encore des solutions naturelles contre les maladies », etc., etc.

Protégeons
la
planète

Notre livre

couverture_livre

Conseiller à visiter

Voir Boutique

Nourriture- Médicament 

  • Nous sommes tous dans l’obligation d’absorber pour vivre, l’air, l’eau, la nourriture, la lumière, les ondes, les vibrations, les relations, les sensations…. De leurs qualités dépendent nos trois santés, physiques, psychiques et spirituelles. Quand l’un ou l’autre de ces éléments vient à manquer, c’est le déséquilibre qui s’installe.

photo_bocauxdeplantes


Il est facile de l’admettre quand, par ordre d’importance, on pense à l’air, à l’eau, à la nourriture, que l’un disparaisse et c’est la mort certaine ! (5mn pour l’air, 3 à 4 jours pour l’eau, quelques semaines pour la nourriture, peut- être quelques années pour la lumière, etc




  • On pourrait donc, considérer ces éléments, comme étant des médicaments (suivant l’idée qu’on s’en fait), contre une mort certaine.


  • On peut aussi considérer médicament, tout ce qui est urgent à apporter, sous formes concentrées, des éléments qui ont manqué. Peut-on appeler médicament ce qui, en prise inconsidérée, court-circuite les fonctions essentielles élaborées par notre système immunitaire au risque de l’atrophier ? (cortisone, antidépresseurs, etc.) Ne dit-on pas dans ce cas : « il est devenu un vrai légume ! »


photo_bardane

Cette obligation d’absorber est inévitable pour maintenir toutes formes en vie, qu’elle soit minérale, végétale, animale, relationnelle. L’espèce humaine est la seule à prétendre pouvoir un jour y échapper. Échapper à cette dépendance naturelle alors qu’il dépend de plus en plus de ce qu’il invente (chercher l’erreur ou le bénéfice éphémère).
(Image de Lappa Mino Petite Bardane)

Nous avons tous en nous, quelque part, malgré les soi-disant progrès, une certaine nostalgie du passé que nous avons chacun connu. Pourquoi ? Si aujourd’hui, on pense avoir gagné une certaine sécurité (toute aléatoire) et un confort indéniable, c’est toujours au détriment de la liberté tant individuelle que sociale. Dans notre système, chaque loi votée est bien sûre, les sanctions qui l’accompagnent (sinon que serait ici la loi ?) est une entrave à la réflexion et à la prise de conscience utile à toute compréhension du pourquoi la vie. N’est il pas plus simple, quand rien ne semble manquer (ce n’est pas le cas pour tous), de se résoudre ou s’encoconner, dans son confort et cette sécurité ?

photo_chardonmarie

Je ne pense pas que ce livre puisse collaborer à ce type de philosophie qui sera d’ailleurs la première à le censurer en brandissant des termes tel que «  santé publique, normes, contrôles, … » qui sont tous louables dans le fond mais qui dans la forme, servent un énorme bisness qui se sent menacé par tout ce qui apporte sans que ça coûte ou tout ce qui coûte presque rien mais qui lui échappe.
(Image de Sylybum Marianum Chardon Marie)

Ne pouvons-nous pas trouver bizarre que toutes les plantes bienfaisantes qui rentrent dans diverses préparations pharmaceutiques viennent de pays lointains alors que nos anciens livres de médecine regorgent de recettes tout aussi efficaces les unes que les autres, composées de plantes « bien de chez nous » ?

  • En France, la suppression du diplôme d’herboriste, le remboursement des soins, les plantes interdites à la vente (seules 34 sont autorisées), la chasse aux sorcières, la ridiculisation des tisanes et de l’homéopathie, sont venus à bout du reste de connaissances héritées de nos parents et grands- parents, eux-mêmes déjà victimes dépendantes de la chimie et du cachet d’aspirine. A chacun sa méditation !

photo_tribulis

La méconnaissance des plantes « bien de chez nous » nous rend bien naïfs. Un exemple : qui connaît la plante appelée croix de malte ou tribule terrestre sinon considérée comme mauvaise herbe alors qu’on se l’arrache sous forme de gélules ou autres, à des prix élevés, dans les commerces spécialisés et pharmacies, qu’elle envahit Internet, tant elle regorge de vertus ( puissant aphrodisiaque)
(Image Tribule Terrestre -Tribulus Terrestris appelé Croix-de-Malte

  • Pire encore, paraît-il que le tribulus de la Côte d’Azur et de la région Lyonnaise serait de meilleures qualités que toutes autres dans le monde.

  • Peut-on anéantir 5000 ans (dernières traces connues) de médecine par les plantes par à peine 60 ans, de thérapie par la chimie ? N’est-ce pas prétentieux ? Comment alors expliquer la recrudescence des maladies allergiques, des cancers, de virus tel que le sida, de dépression, de suicide, d’effets secondaires, etc., etc.,… jusqu’à la planète qui est malade !

photo_thym

On peut être nostalgique ! On peut envier ceux qui y croient encore car l’espoir s’il ne fait plus vivre dans cette direction, les protège seulement de la déprime. Heureux sont les 3 singes de la sagesse (sculpture Hidari Jingaro) tant qu’ils ont leurs arbres (rien vu, rien entendu, rien dit). Nous n’avons plus d’oiseaux, de papillons, de fleurs sauvages, de ruisseaux…nous n’aurons bientôt plus d’arbres et plus de singes.
(Image Thym Serpolet)


Par ce livre, nous qui voyons, qui entendons, nous essayons de parler, de retransmettre le peu de savoir que nous avons pu retrouver, glaner, ici et là, tantôt sur de vieux livres, tantôt sur un manuscrit, dans nos mémoires, chez les anciens, sur le net, dans de récents ouvrages écrits par des passionnés comme nous, à vouloir interpeller, sinon arrêter mais au moins ralentir la course au massacre. Les petits ruisseaux réunis font les grands fleuves

Incohérences

  • Prenons en exemple la durée de vie d’un éléphant au cours des millénaires, a-t-elle augmentée ? On nous dit sans cesse, pour justifier les soi-disant progrès de la médecine, que la durée de vie pour les hommes est en perpétuelle croissance. C’est indéniable, mais on oublie de mentionner, et les périodes prises en référence, et leurs contextes.
  • Il est facile de faire de tels comparaisons avec ceux qui ont connu la famine écrasés sous le poids des impôts, affamés par le roi et sa noblesse, avec ceux qui ont été gazés dans les tranchées, dans les mines de charbon ou les fonderies, avec ceux qui se sont empiffrés des victuailles arrachées aux peuples épuisés, etc.…alors qu’on a découvert des tribus isolées où on comptait presque autant de centenaires que d’enfants.

photo_carline

Sûr, il n’est pas intéressant de se poser des questions, les réponses seraient dangereuses pour le taux de croissance, la consommation et « l’économie ». Ce mot est à double sens, le premier : « l’économie va bien quand la consommation augmente », le deuxième : « il faut arrêter de surconsommer pour économiser les énergies et moins polluer ». Presque tous les mots du vocabulaire contiennent ces deux sens opposés. Opposition qu’on retrouve en politique, forces presque égales que seuls les beaux discours des leaders de chaque camp, font basculer la poignée d’indécis, d’un coté ou de l’autre.

(Image Carlina Acaulis On utilise les racines plante devenue rare)

  • Il semble aujourd’hui, que de ce point central, se crée une troisième force opposée aux deux autres, « ni un sens, ni l’autre mais autrement », on pourrait se la présenter comme l’effondrement d’un terrain, par son centre (l’effondrement d’un système), en forme d’entonnoir.
  • Vu la prise de conscience sur les dégâts causés par le système, sur la planète plus que jamais menacée, il ne peut en être autrement .Si cet « autrement » ne possède encore pas le « comment », les puissantes perturbations climatiques semblent nous donner l’exemple à suivre dans la force des mesures à prendre (le retour aux sources dans tous les sens du terme, avant qu’il n’en existe plus).

photo_muflier

La nature reprend ce qu’elle nous a mis à disposition puisque l’usage qu’on en fait se retourne contre elle (suffit de penser au tsunami pour s’apercevoir qu’il ne lui faut que très peu de temps pour anéantir ce qui a demandé plusieurs siècles pour le construire). Nous imposera-t-elle le retour à la grotte ou au désert ? Idiot est celui qui pense que seul l’humain possède l’intelligence, c’est qu’il n’a jamais observé donc jamais réfléchi par lui-même, sur lui-même, pour les autres.

Image Muflier,Gueule de Loup ,(plante décorative) ne ressemble-t-elle pas à la Linaire

  • Nous dédions ce livre à tous ceux qui volontairement s’engagent dans cette voie, à tous ceux qui se trouvent éjectés du système actuel et qui se trouvent contraints de déjà vivre autrement, à ceux qui souffrent déjà des conséquences, au futur, à l’avenir de tous les enfants.

Avertissement

Les informations et prescriptions médicales contenues dans notre livre  «  La phyto-psychothérapie» et notre site « les-inconscients.com » sont réservées à un publique d’adultes avertis et ne sauraient remplacer un avis autorisé des professionnels de la santé et se soustraire à leurs traitements.

Avant toutes automédications, consultez un praticien ou un « thérapeute qualifié ». Nous, auteurs éditeurs et propriétaire de ce site, ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque problème lié à l’usage des différentes prescriptions.